Печать
Категория: Белая идея
Просмотров: 178

Homélie pour les Saints Martyrs Impériaux

prononcée par S. E. l’Archevêque ANTONY

le 4/17 juillet 1992 en l’église de Villemoisson

Horrible fut l’assassinat du Tsar Nicolas, de la Tsarine et de leurs enfants innocents et ce crime a frappé le peuple russe dans son ensemble. En cette nuit sinistre, le peuple russe dormait d’un sommeil qui n’était déjà plus aussi tranquille qu’auparavant. Dans ses rêves, il pressentait déjà la venue de temps redoutables où tant de douleurs allaient fondre sur lui. En cette nuit, terrible entre toutes, un forfait horrible a été commis. Le Tsar Nicolas n’a pas été assassiné comme un simple mortel à l’image de tant d’autres à cette époque, mais il fut assassiné comme l’Oint de Dieu, comme celui qui portait sur lui le sceau de Dieu et sur qui s’était répandue la grâce divine de l’Esprit-Saint. Ce fut un crime cynique et les assassins se sentaient vainqueurs. Ce crime était un défi lancé à Dieu, et pour le rendre encore plus cynique, ils n’hésitèrent pas à assassiner des enfants innocents. Cet effroyable défi venait couronner les agissements de scélérats ennemis de l’Église et du peuple russes.

Mais nous savons que sitôt leur forfait commis, ils cherchèrent à le dissimuler en partie : ils ne tuent pas le Tsar et ses enfants de jour, à la vue de tous. Non, ils attendent que la nuit soit venue pour faire descendre leurs victimes dans la cave de la maison Ipatiev, où ils étaient détenus, afin de masquer le bruit de la fusillade. Et c’est là que le sang des Nouveaux-Martyrs Impériaux fut répandu, imprégnant les murs et le sol de cette cave.

Ce fut un défi insolent à Dieu et à Son Oint. Mais à peine avaient-ils réalisé leur horrible forfait qu’ils furent pris de panique, comme nous le savons d’après les récits de témoins et des enquêteurs. Ce fut comme s’ils voulaient dissimuler ce sang innocent qu’ils avaient fait couler. Mais il n’a jamais été donné à personne de cacher le sang innocent. Ainsi, dans l’Ancien Testament, le sang innocent d’Abel avait été versé par Caïn et, d’après les Écritures, « ce sang criait de la terre jusqu’au ciel » pour venger ce crime horrible, et Caïn fut marqué du sceau de l’assassin.

Pris de panique, les assassins du tsar essaient de camoufler les traces de leur crime. Soixante quatorze années se sont déroulées depuis, et aujourd’hui ces traces sont réapparues à la vue du monde entier. Les assassins qui voulaient créer leur propre royaume, un royaume sans Dieu et sans Église, ne sont plus de ce monde, alors que les Martyrs sont, eux, bien vivants, non seulement auprès du trône de Dieu, mais ils sont également vivants parmi nous dans ce saint temple. Le sang des Martyrs est le fondement de notre foi chrétienne, de notre foi orthodoxe, de notre Église qu’aucun athéisme d’aucune sorte n’a su vaincre et anéantir. Aujourd’hui nous les prions comme nous prions des vivants et nous savons qu’ils entendent nos prières, qu’ils prient pour nous, eux qui ont enduré cette nuit horrible, car les desseins des athées se sont avérés vains. Nous les prions et les prierons sans cesse afin que le Seigneur sauve le peuple russe martyr, et que ce sang innocent, qui aujourd’hui encore crie jusqu’au ciel, n’ait pas été versé en vain. Nous voyons le châtiment divin sur les assassins et leurs disciples qui fuient aujourd’hui, totalement impuissants et défaits, comme le diable fuit devant la face de Dieu.

Mais les sans-Dieu ne se sont pas contentés d’assassiner les Martyrs, ils ont encore créé un nouvel épiscopat en Russie qui devait être docile au pouvoir athée et devait l’aider dans son œuvre monstrueuse d’anéantissement de l’Église. Cet épiscopat est toujours en place en Russie. Nous ne lui reprochons pas sa collaboration avec le pouvoir sans-Dieu. Nous savons combien les temps étaient difficiles et comme il n’était pas simple de refuser cette collaboration. En revanche, nous lui reprochons le fait qu’il justifie cette collaboration. Que de fois nous les avons entendus affirmer que par cette collaboration ils avaient sauvé l’Église. Jamais nous ne pourrons accepter cette affirmation, car ce n’est pas de cette manière que les Apôtres et les Martyrs sauvaient l’Église. Ce n’est pas pour cela qu’est mort le Tsar-Martyr, lui qui a toujours refusé le moindre compromis avec ceux qui détruisaient son royaume et mettaient en ruine la Sainte Russie. Si nous acceptions de dire avec eux que par leur collaboration ils ont sauvé l’Église, ce serait un blasphème dans notre bouche, un blasphème contre le sang des Martyrs et toute leur œuvre, car l’Église du Christ ne repose, ne se renouvelle et ne renaît que sur le sang des Martyrs. Ces Martyrs ont accompli leur podvig, grâce à quoi, bien que lésée dans ses droits, l’Église Russe a été préservée.

Mais nous ne perdons pas l’espoir d’un avenir meilleur, c’est pourquoi nous allons prier aujourd’hui pour le peuple russe martyr, mais nous nous souviendrons également dans nos prières d’un autre peuple martyr, le peuple serbe orthodoxe, qui connaît actuellement des temps douloureux. Ceux qu’ils pensaient être leurs amis, se sont avérés être de faux-amis et les ont abandonnés à leur triste sort. De toutes part, nous entendons dire que les Serbes sont responsables de tous les méfaits qui se déroulent actuellement en Yougoslavie. Bien chers frères et sœurs, sachez que c’est là un mensonge. Prions donc pour le peuple orthodoxe serbe, tout comme pour le peuple orthodoxe russe, afin que le Seigneur fasse entendre raison à chacun, qu’Il sauve notre Église, et nous sauve dans l’Église, faisant de nous de véritables chrétiens orthodoxes. Amen

 

+ S. E. ANTONY,

Archevêque de Genève et de l’Europe Occidentale