Печать
Категория: La France Orthodoxe
Просмотров: 1569

. SERMON du 24e DIMANCHE après la Pentecôte


Matines : Marc XVI, 1-8

Liturgie : Eph. II, 14-18 et Luc VIII, 41-56

AU NOM DU PÈRE DU FILS ET DU SAINT ESPRIT

Bien-aimés Frères et Sœurs,

I – La péricope de ce jour, est l’inoubliable épisode de  la résurrection de la fille de Jaÿre, au milieu duquel s’intercale la guérison de l’hémorroïsse, deux manifestations spectaculaires de la Toute Puissance du Christ qui a dit : « Tout pouvoir M’a été donné au Ciel et sur la Terre ».

A - Jaÿre était un « chef de la synagogue », venu se jeter à ses pieds en le priant de guérir sa fille, âgée de douze ans, qui se mourait. Jésus y va. Mais, pendant qu’Il marchait entouré d’une foule nombreuse, une humble femme, hémorroïsse depuis douze ans, s’approche et touche par derrière le vêtement de Jésus et elle est guérie aussitôt. Jésus demande « qui m’a touché ? » alors qu’Il était entouré par la foule, mais Il a senti qu’« une force est sortie de lui ». La femme se voyant découverte tombe à ses pieds et raconte son humble histoire et Jésus lui dit : « Ma fille, ta foi t’a sauvée ».

Sur ces entrefaites, arrivent les serviteurs de Jaÿre disant de ne pas déranger le Maître car sa fille venait de mourir. Jésus dit à Jaÿre : « Crois seulement ! Ta fille sera guérie ».

Ils arrivent dans la maison du chef de la synagogue, tout le monde est en pleurs. Jésus dit : « Ne pleurez pas : elle dort ! » On se moque de Lui, Il entre avec les parents dans la chambre de la jeune défunte, Il la prend par la main : « Jeune fille, lève-toi ! » Et elle se lève.

B - Faisons mémoire de deux autres résurrections que rapportent les évangiles :  le fils de la veuve de Naïm, pendant qu’on l’enterrait – on enterrait le troisième jour – et son ami Lazare, le 4 e jour, alors qu’il puait déjà, dit Marthe : la corruption de la chair étant déjà commencée. Mais Christ notre Dieu est le Maître de la vie et de la mort.

A ses apôtres,  lorsqu’Il les envoie prêcher deux par ceux, Il leur dit également : « Guérissez les malades, ressuscitez les morts (Matt. 10, 8) »

La mort, ne l’oublions pas,  est un châtiment d’Adam après sa faute.

Christ, vainqueur de la mort, est vraiment le nouvel Adam.

 

II – Mais nous, les hommes, nous ne sommes pas le Nouvel Adam. Ce que le Christ nous recommande, c’est la FOI. Nous le voyons dans l’épisode de Jaÿre : « Crois seulement ! ».

Il faut venir à Lui, car l’homme est libre, nous l’avons souvent rappelé.

Ce n’est pas toujours facile : Jaÿr  était un personnage important, un chef nous dit le texte évangélique, dans la synagogue et chacun connaît l’opposition virulente à l’égard de Jésus de la synagogue et des pharisiens.

C’est une démarche volontaire aussi que celle de l’hémorroïsse, ruinée par les médecins et qui va à Jésus avec une foi totale. Elle s’approche par derrière et elle est guérie alors que Jésus ne la voit pas !

Quant au Fils de la veuve de Naïm,  il n’avait rien demandé puisqu’il était déjà mort !

« Demandez et vous recevrez ». Mais le Tout Puissant aussi reste libre et sa bonté est infinie et ne connaît pas de limites. Il a vu passer l’enterrement du fils unique de la veuve de Naïm et Il « s’est ému en son cœur ».

 

IIILe franchissement de toutes les limites, tel est l’enseignement que nous apporte l’épître de ce jour.

« De deux peuples, par sa Croix, Il en a fait un seul ».

Il y avait en effet d’abord les circoncis et les incirconcis. Il y avait aussi, puisque la Palestine était envahie, les Juifs et les « gentils », c’est-à-dire ceux qui appartenaient à d’autres nations, ceux qui étaient proches depuis toujours et ceux qui l’étaient devenus récemment. Le Christ Lui-même, de Son vivant, était allé au-delà : nous L’avons vu guérir le serviteur du « centurion » et constater : « Je n’ai jamais vu une telle foi en Israël ! »

Néanmoins, sa révélation du franchissement des limites du peuple juif a été progressive.

Avant la Résurrection (Matt. 10, 5), il avait dit : « N’allez pas chez les gentils … N’allez pas chez les Samaritains ».

Mais lui-même néanmoins … Rappelons-nous cette Samaritaine ... qu’Il feignait de ne considérer si bien que les apôtres eux-mêmes Le pressaient de lui donner satisfaction. Il n’est pas bon, dit-Il, de donner aux chiens le pain des enfants. Oui, mais répond l’humble samaritaine, les chiens aussi mangent sous la table le pain qui tombe de la table des enfants ! et elle obtient ce qu’elle demandait.

Après la Résurrection, l’élargissement est net et impératif : « Enseignez toutes les nations, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit ».

La charité du Christ notre Dieu n’a point de limites : Il est vraiment le Vainqueur de la Mort pour toutes les nations !

 

 

AMIN