Печать
Категория: La France Orthodoxe
Просмотров: 1575

. SERMON du 4-e DIMANCHE après PÂQUES

Du Paralytique


Matines : Luc, XXIV, 1-12

Liturgie : Actes, IX, 32-42 ;  Jean V, 1-15



CHRIST EST RESSUSCITÉ !

Bien-aimés Frères et Sœurs,


Nous nous trouvons aujourd’hui devant deux guérisons de paralytiques – et la résurrection d’une défunte : Mais, en arrière fond, pensons à la paralysie de l’âme.

Physiquement, il s’agit de paralysés et ils sont guéris, mais n’oublions pas que l’âme aussi peut être comme incapable de tout mouvement et que c’est aussi à elle que l’enseignement de ces péricopes s’applique.

I – La gratuité du Don

Le Christ et, par lui, ses apôtres sont spontanément tchudatvortsi, « faiseurs de miracles », comme on dit en roumain.

Les apôtres sont méprisés parfois – comme le dit l’apôtre Paul – mais le miracle émane d’eux : c’est le cas d’Enée qui ne demande rien, et, a fortiori de Tabitha (« gazelle ») qui était morte.

II Foi et miracle

- A celui de la piscine, Christ demande : « Veux-tu être guéri »

Dans sa « patrie », comme observe Matthieu dans un autre passage, Christ fit peu de miracles à cause du manque de foi.

L’adhésion de la volonté humaine est nécessaire, même quand elle est implicite.

CAR LA GUERISON FONDAMENTALE est celle de l’âme :

- Il faut vouloir être sauvé, ce que nous faisons tous, en particulier par l’ascétisme.

III – Le refus du miracle

« Un prophète n’est méprisé que dans son pays et dans sa maison » nous rappelle effectivement le Christ. C’est un enseignement toujours valable : ne soyons pas réticents vis-à-vis du miracle : il arrive que ceux qui demandent l’intervention divine, ne la demandent qu’à moitié, en hésitant, en comptant éventuellement sur d’autres recours ... N’est-ce pas un demi-refus de confiance ?

Cependant, en dépit de notre peu de foi, Dieu vient à notre secours.

C’est précisément ce qui est arrivé dans le cas du paralytique !

Cet homme voulait guérir, puisque depuis 38 ans il se faisait porter à cette piscine où se produisaient les miracles. Ce n’était pourtant pas, et nous allons le voir par la suite, « un individu très intéressant », pourrait-on dire par euphémisme.

Or le Christ le guérit, spectaculairement comme le raconte la péricope évangélique : non seulement celui qui depuis presque quarante ans ne marchait pas, se relève, mais, comme le Christ le lui avait dit, il retrouve sans problème sa force musculaire : il prend son grabat et rentre chez lui ! – sans penser à remercier le Christ qui l’a guéri et dont il ignore même le nom !

Mais il y a une suite, frères et sœurs bien-aimés, et les prédicateurs qui nous ont précédé et dont je vous transmets l’enseignement, nous l’ont apprise. Ce paralytique guéri, qui s’appelait Isaac Lakedem, c’est le « juif errant » !

C’était en effet un individu pas du tout recommandable. Au demeurant, le Christ lui adresse une mise en garde exceptionnelle : « Va et ne pèche plus, afin qu’il ne t’arrive pire encore »

Les juifs, vous le savez, lorsque quelqu’un était affligé d’une tare, d’une épreuve physique se demandaient : « Est-ce lui qui a péché ou l’un de ses ancêtres ? » Cette interrogation, en telle circonstance particulière, les disciples la font au Christ. Or le Christ notre Dieu écarte cette opinion dans ce cas précis. Mais il n’élimine pas cette interprétation.

Nous ne sommes pas juifs, mais les juifs sont nos prédécesseurs. Quand un malheur tombe sur nous, ne disons pas simplement que c’est une malchance : interrogeons-nous ! N’est-ce pas nous qui, par nos péchés, notre égoïsme, avons attiré ce châtiment ? C’est une possibilité, et, en cette occurrence du paralytique, le Christ la souligne : « Ne pèche plus, afin qu’il ne t’arrive pire encore ! »

Nos saints prédécesseurs, les prédicateurs orthodoxes que j’ai cités et que je suis, nous ont transmis en effet la suite de cette histoire : lorsque le Christ montait au Calvaire portant sa croix, il est passé devant la maison de ce paralytique. Il lui a demandé à boire, et l’homme a refusé en l’insultant, Christ lui a demandé de s’asseoir un instant sur le banc qui était là et l’homme a refusé de manière également offensante, et le Christ notre Dieu lui a dit : « Tu marcheras sans connaître la mort, tu marcheras jusqu’à mon Second Avènement ! ». Et, depuis, cet homme marche sans cesse sans pouvoir connaître la mort, il a même essayé de se jeter dans le Vésuve : en vain. Jusqu’au Jugement dernier, il est le Juif errant.

Toutes les églises chrétiennes le savent. Certains l’on rencontré, en Allemagne, en Angleterre, au XIX e siècle …

Mais vous-même, bien-aimés Frères et Sœurs, peut-être l’avez-vous rencontré … Regardez ces passants affairés qui passent devant l’église sans jamais s’arrêter. Suivez-les par l’esprit. Ils marchent ou ils roulent en voiture comme s’ils allaient quelque part. En semaine, ils vont « au boulot », le samedi dimanche, ils vont « en boîte » ou au « resto ». Ils recommencent de même la semaine suivante …

Quelle vie vaine ! Frères et Sœurs. Ils courent toujours, et, comme le juif errant, ils ne rencontrent rien. Or comme lui, souvent, ils ont rencontré Dieu, mais ils l’ont bafoué. Ils l’ont reconnu, mais ils ne l’ont pas suivi ! Car leur âme est comme paralysée !

Sachons Le reconnaître et Le suivre !

Le juif errant est l’exemple même, monstrueux, de l’ingratitude.

Ne l’imitons pas, Frères et Sœurs bien-aimés ! Dans l’adversité, interrogeons-nous, faisons notre examen de conscience, ne sommes-nous pas coupable ? Et dans les bienfaits dont le Christ nous comble, sachons Le reconnaître. Le Christ nous comble de Ses bienfaits : nous sommes en santé, nous sommes les uns avec les autres, nos entreprises s’arrangent « plutôt bien que mal » comme disait mon père.

Quand nous sommes à l’Eglise, Il est là. Dans la Communion, c’est Lui-même que nous recevons !

Que la gratitude la plus fervente soit toujours dans nos cœurs !


AMIN