Печать
Категория: La France Orthodoxe
Просмотров: 1360

Pentecôte et Descente du Saint-Esprit

 

Nous célébrons en ce jour la Sainte Pentecôte et la Descente de l'Esprit Saint.

Lors de la Sainte Cène, notre Seigneur Jésus-Christ dit à Ses disciples qu'Il allait les quitter et, voyant leur tristesse, leur dit : « Il vous est avantageux que je m'en aille, car si je ne m'en vais pas, le Consolateur ne viendra pas vers vous, mais si je m'en vais, je vous l'enverrai » /Jn XVI, 7/

Pour notre salut, il était non seulement indispensable que notre faute pour nos péchés soit levée, mais que nous soyons encore guéris de cette corruption qui depuis des millénaires se transmet de génération en génération.

Imaginez un petit garçon auquel les parents auraient offert un nouveau costume avec la recommandation d'en prendre soin. Mais l'enfant salit et déchira son costume. Il fut honteux et courut demander pardon à ses parents, qui le pardonnèrent, effacèrent sa faute. Mais encore fallait-il nettoyer et réparer le costume. Et il en est de même dans l'affaire de notre salut. Le Seigneur nous a libéré du fardeau de nos péchés, et nous savons à quel prix. Lorsque nous regardons la Passion qu'Il a endurée, nous Le voyons ployer sous le fardeau de la Croix. Et n'oubliez jamais que si cette Croix L'a écrasé de son poids, c'est que sur elle étaient accrochés tous nos péchés les plus terribles et toutes nos iniquités : les miens, les vôtres, ceux de toute l'humanité. Et c'est de tous ces péchés cloués sur la Croix que le Seigneur nous a libérés. Par la Passion sur la Croix, nous avons été affranchis du fardeau terrible de nos péchés.

Mais ce n'est pas encore tout. Le péché a dénaturé, défiguré et perverti l'homme. Pour le laver et le sanctifier, le Saint Esprit « sous forme de langues de feu » descendit sur Ses saints disciples et apôtres et « leur parole s'en est allée par toute la terre, et leur message jusqu'aux extrémités du monde » /Ps. XVIII, 5/. Et c'est cet événement glorieux – la descente du Consolateur, de l'Esprit donateur de vie, sur les hommes – que nous célébrons aujourd'hui.

A la fin de l'hexapsalme, il y a une admirable expression dans le psaume 142 (verset 6) : « Mon âme est devant toi, comme une terre sans eau ». Imaginez une terre dans laquelle de belles graines fertiles ont été plantées. Mais cette terre s'est totalement desséchée et aussi bonnes que soient ces graines, elles ne donneront pas de fruit tant que durera cette terrible sécheresse. Et par la bouche du roi David, l'homme confesse au Dieu Très-Bon : « Mon âme est devant toi, comme une terre sans eau ».

Certes, il y a encore dans l'âme de bons principes – les restes de la connaissance de la Vérité – car le Créateur a généreusement doté l'homme de toutes sortes de bien, et des restes de ce bien sont encore aujourd'hui présents dans l'âme humaine, mais ce sont des semences non fécondes, car notre âme est comme une terre sans eau. Il y a bien en elle une soif de piété, mais il manque l'eau de la grâce et les bonnes semences restent infertiles.

Voila pourquoi en ce jour, avec les prières admirables de saint Basile le Grand, nous prions en ployant le genou, nous prions que le Seigneur nous sanctifie, nous renforce spirituellement et nous purifie de nos péchés. Sans la grâce de Son Esprit, sans Sa force, nous resterons une terre desséchée, incapable de porter des fruits.

Souviens-toi – ô âme chrétienne : que de fois tu as promis au Seigneur de te corriger ! Mais ce sont toujours les mêmes péchés, les mêmes passions, la même souillure ! Voila pourquoi nous devons prier assidûment le Seigneur, notamment en ce jour lumineux de la Pentecôte, afin que le Seigneur nous purifie par la grâce de Son Saint-Esprit et redonne vie à la terre desséchée de notre âme.

Durant la lecture de ces prières, prions de toute notre âme que le Seigneur nous soit miséricordieux et nous envoie la force d'amender notre vie et la volonté ferme de suivre la voie salutaire chrétienne. Amen.

Saint Métropolite PHILARÈTE