Печать
Категория: La France Orthodoxe
Просмотров: 1422

« L'œil est la lampe du corps » (Mt. VI, 22-33)

 

Les paroles du Seigneur sont une authentique lampe sur le chemin de notre vie, et il en est ainsi pour les paroles de l'Évangile de ce jour. L'œil est la lampe du corps, dit le Seigneur. Pourquoi n'est-il pas dit « les yeux », mais « l'œil » ? Parce qu'ici le Seigneur entend non les yeux charnels, mais l'œil spirituel, c'est-à-dire notre coeur. Par « œil » on entend donc le coeur siège de la conscience, de la loi intérieure qui nous indique ce qu'est le Bien et ce qu'est le Mal. Par « corps » on entend toute notre vie intérieure, nos pensées, désirs, intentions – tout ce que nous faisons tout au long de notre vie sur terre. Le sens, donc, de ces paroles du Sauveur est que notre coeur, ou conscience, est pour l'homme une lampe qui doit l'éclairer dans tous ses actes et ses pensées.

Plus loin le Seigneur dit : si ton œil, c'est-à-dire ton coeur et ta conscience, est limpide et pur, alors toutes tes pensées et tes actes seront lumineux, justes, purs ; mais si ton œil est mauvais, tout ton corps sera dans les ténèbres, c'est-à-dire toutes tes pensées, toute ta vie seront mauvais, pervers.

Et donc, si ton coeur, qui t'a été donné par le Seigneur pour être une lampe, est devenu ténèbres à cause de ta négligence et de ta paresse, que sera ta vie, que seront tes actes ? N'en est-il pas ainsi dans la vie ? N'en voyons-nous pas des exemples en permanence ?

Prenons deux personnes. La première se contente de très peu, n'a nul besoin d'une table fastueuse, de vêtements somptueux, d'un logement richement aménagé, etc. Elle a le pain quotidien, quelques vêtements propres et convenables de rechange, elle dispose de quelques revenus ou d'un petit salaire – elle s'en contente et en rend grâce à Dieu. Elle ne désire rien de plus.

Mais regardez la vie de l'autre personne. Rien ne la satisfait. Sa table, n'est pas une table, ses vêtements n'en sont pas, de même en est-il de son logement. Il lui manque toujours quelque chose. Que de temps et de soucis consacre-t-elle à ses vêtements ! Alors que nos vêtements ne sont qu'un voile temporaire, un pansement sur une plaie, parce que le vêtement n'est qu'une conséquence du péché lorsque l'homme et la femme ont pris conscience de leur nudité. Et donc, est-il vraiment nécessaire d'embellir des pansements sur les plaies ? Ne vaut-il pas mieux s'occuper de guérir la plaie au plus vite, autrement dit de se purifier au plus tôt de ses péchés ? Rappelons que lors de notre baptême nous avons tous reçu un vêtement d'incorruptibilité. C'est de ce vêtement là que nous devrions nous préoccuper plus que tout. Préservons ce vêtement, qu'il soit notre plus belle parure. Mais revenons à cette seconde personne : jamais rien ne la satisfait. Pourquoi ? Pour la simple raison que son coeur est faux, enténébré, qu'il est la proie des passions. Et il est ainsi parce qu'elle ne connaît pas, et ne veut pas connaître, les commandements de notre Seigneur, qu'elle n'est pas guidée par la lumière de l'Évangile du Christ. Parce que elle accomplit aveuglément la volonté de sa chair prisonnière de passions.

Nul ne peut servir deux maîtres. Soit il haïra l'un et aimera l'autre, soit il déploiera du zèle pour l'un et méprisera l'autre. Vous ne pouvez servir Dieu et mamon. Vous ne pouvez servir Dieu et l'argent, c'est-à-dire notre chair pécheresse par laquelle agit le diable qui s'efforce de l'arrimer au monde. C'est précisément ce que le Seigneur entend par servir mamon, c'est ce qui met à l'envers, la tête en bas, toute notre vie. Au lieu de nous soucier en premier lieu de notre âme et de notre salut en général, nous nous occupons à complaire l'avidité insatiable de notre ventre, et par notre négligence nous laissons périr dans ses péchés notre âme, cet être immortel créé à l'image et à la ressemblance de Dieu.

Cherchez d'abord le royaume de Dieu et Sa justice, et tout le reste vous sera donné par surcroît. Amen.

 

Saint et Juste JEAN de Kronstadt