Le riche amassant dans son grenier

L'évangile de dimanche dernier nous a relaté la parabole du Bon Samaritain et elle se terminait par ces paroles : « Alors Jésus lui dit : Toi aussi, va, et fait de même ». Et comment se termine l'évangile d'aujourd'hui ? « Mais Dieu lui dit : Insensé ! Cette nuit même on te redemandera ton âme ; et ce que tu as mis en réserve, pour qui sera-t-il ? Il en est ainsi de l'homme qui amasse des trésors pour lui-même, et qui n'est pas riche devant Dieu ». Ce sont là deux chemins différents. Tous deux nous amènent à l'ultime moment de notre vie, à la mort. Mais nous savons que la mort n'existe pas, en revanche il y a la vie éternelle. Et donc ces différents chemins nous mènent à ce passage mystérieux, à la rencontre avec l'éternité. Tous, nous aurons à rencontrer ce moment mystérieux. Et cette rencontre s'avérera être le moment le plus important de toute notre vie terrestre, en fait – ce en vue de quoi nous avons vécu.

Notre langue ne connaît même pas de mots pour exprimer cela. Mais l'évangile de ce jour, comme celui de dimanche dernier, nous propose une certaine définition de cette rencontre. Dans un des cas retentira cette parole terrible : « Insensé » ! Alors qu'au terme de l'autre chemin, l'évangile ne nous cite pas même la parole que nous entendrons, mais dit seulement : « Va, et fait de même » ! Fais seulement la même chose et tu obtiendras ce que nulle parole ne peut exprimer.

Par quoi sont déterminés ces chemins différents ? Par toute l'orientation de notre vie. Et cette orientation se manifeste à chacun de nos pas, de nos actes, de nos soupirs. Et comme il est bizarre que cette orientation paraisse peu importante pour les hommes, comme quelque chose d'aléatoire. Mais aux yeux de Dieu, il en va autrement. C'est précisément cette orientation qui déterminera ce grand, ce mystérieux moment de notre fin, ce qui déterminera pour l'éternité notre avenir.

Le Bon Samaritain vivait d'amour pour Dieu et pour les hommes. Chaque homme était son prochain. C'était comme s'il vivait dans une grande famille du Père Céleste. Tous étaient pour lui des frères et des sœurs. Et cet homme tombé aux mains des brigands lui était cher. Il ne pouvait pas passer devant lui et ne pas s'arrêter. Il n'avait pas moins d'occupations que tous ceux qui étaient passés sans s'arrêter, mais il l'avait aidé, l'avait fait monter sur son âne, l'avait amené jusqu'à une auberge et avait confié à l'aubergiste de s'occuper de lui. Il avait payé et promis de régler tous les frais supplémentaires à son retour. Tous ces détails nous montrent suffisamment quelle était l'orientation de vie de cet homme : il aimait Dieu de tout son cœur, de toute son âme et aimait son prochain comme lui-même.

Et quelle était l'orientation de vie du riche de l'évangile d'aujourd'hui ? C'était à n'en pas douter un propriétaire avisé et un homme raisonnable doté d'un sens pratique. Voyez comme il raisonne : je vais abattre mes greniers, j'en construirai de nouveaux et j'y entasserai toute ma récolte et tous mes biens. Vous avez entendu : toute ma récolte et tous mes biens. Pas la moindre pensée sur Dieu, et pourtant cette récolte lui vient de Dieu ! Et puis, dit-il, je dirai à mon âme : « mon âme, tu as des biens pour de nombreuses années : repose-toi, mange, bois et réjouis-toi ... ». Et où est l'amour pour le prochain ? Il n'y pense même pas. Il ne se soucie que de tranquillité, de boire, de manger, de réjouissances et tout cela pour lui seul. L'égoïsme – voilà quelle est l'orientation de sa vie.

Frères et sœurs – quelle est l'orientation de notre vie ? Nous pensons que s'il nous fallait répondre honnêtement, il y a en nous les deux aspects : de la charité, mais aussi pas mal d'égoïsme. S'il en est ainsi, méditons ces paroles : « Cette nuit même on te redemandera ton âme ». « Cette nuit » signifie pour nous « n'importe quelle nuit, à toute heure du jour et de la nuit », on viendra obligatoirement rechercher notre âme et qu'entendra-t-elle alors ? Soit elle entendra la même chose que le riche égoïste : « Insensé » ! ou bien alors elle verra la lumière qu'a vue le Bon Samaritain. Et ce sera un verdict pour l'éternité. Ce verdict sera fonction de toute l'orientation de notre vie. Tant qu'il n'est pas tard, choisissons l'orientation merveilleuse du Bon Samaritain et luttons contre notre égoïsme comme s'il s'agissait de notre pire ennemi. Luttons jusqu'à la mort et gardons toujours à l'esprit : « Bienheureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde». Amen.

+ Archevêque ANDRÉ /Rymarenko/

Le Bon Samaritain

 

Pour mettre Jésus à l’épreuve, un docteur de la Loi lui posa cette question : «Maître, que dois-je faire pour avoir part à la vie éternelle» ? Jésus lui demanda : «Dans la Loi, qu’y a-t-il d’écrit ? Que lis-tu» ? L’autre répondit : «Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit, et ton prochain comme toi-même».

Souvenez-vous, chers frères et sœurs, comment la sainte Église nous a amenés à cet endroit du récit évangélique. Souvenez-vous de la lecture de dimanche dernier sur Jaïre qui était venu auprès du Christ car sa fille était mourante et il ne trouvait d’aide auprès de personne. Elle mourrait … et il accourt auprès du Christ, se jette à Ses pieds et supplie : « aide-moi … elle meurt … ma fille unique » et le Christ l’accompagne et ce chemin qu’ils parcourent ensemble n’est peut-être pas long, mais pour Jaïre c’est comme si c’était le chemin de toute sa vie. Et il est plein d’espoir parce qu’il croit que le Christ peut réaliser quelque chose de grand, qu’Il peut réaliser une guérison, ce que personne d’autre ne pouvait faire. Cet espoir et cette confiance sont comme le chemin de toute sa vie.

Il en est de même chez nous. Vient un moment dans notre vie où nous prenons conscience que viendra la fin, que viendra le temps du cercueil. Et nous partirons tous. Moi … vous … lui. Chacun de nous doit s’attendre et se préparer à ce moment. Mais si tu espères en le Seigneur et que, comme Jaïre tu t’accroches au vêtement du Christ et ne t’éloignes pas de Lui en dépit de toutes les tentations qui t’assaillent, tu arriveras à coup sûr … Mais où arriveras-tu ? Et bien, l’Évangile de ce jour répond à cette question du docteur de la Loioù doit-il arriver ? « Que dois-je faire faire pour obtenir la vie éternelle ? ». Voilà où il doit parvenir : à la vie éternelle.

Et c’est ce que nous propose l’Évangile d’aujourd’hui. Comment y parvenir ? Comment tenir sans le lâcher le vêtement du Christ tout le long de ce chemin ? Et combien est long ce chemin … C’est celui de toute notre vie. Pour les uns il dure 80 ans, pour d’autres 90, plus encore pour certains. Combien d’embûches sur ce chemin et que de risques de laisser échapper le vêtement du Christ ! Une véritable tempête de tentations accompagne toute notre vie. Regardez notre vie familiale : là, le mari, jouet d’un égarement, abandonne sa famille, ici, c’est la femme qui du fait de la tension nerveuse permanente au sein de la famille, perd ses nerfs et rend la vie impossible, là autre chose encore …

Et dans la vie publique toutes ces crises politiques, dans la société ces crimes effroyables. Mon Dieu, que faire, où aller ? La seule issue est de suivre l’exemple de Jaïre, de s’attacher au Christ, de s’accrocher à Son vêtement. Tout faire pour ne pas le laisser échapper et l’Évangile de ce jour nous montre comment y parvenir : être un bon samaritain partout, toujours et en tout. Mais, le sommes-nous ? Autour de nous il y avait des petits-enfants, leur avons-nous appris ce qu’était le Bien ? Une personne au bord de la chute morale est venue nous voir, l’avons-nous aidée à lutter contre le péché ? L’avons-nous aidée à se sortir de ce marécage boueux qui la tirait vers le fond ? Seul un doigt, pas même une main, aurait-il peut-être fallu lui tendre pour qu’elle soit sauvée. Et combien de personnes n’ont besoin que d’un mot de réconfort, d’une attention … et nous pourrions donner tout cela, mais l’avons-nous fait, comme ce Bon Samaritain l’a fait ?

Et si à toutes ces questions notre conscience répond non, nous le l’avons pas fait, alors oui, nous courrons le risque d’être arrachés du vêtement du Christ. Hâtons-nous d’y remédier. Seule la charité peut nous garder avec le Christ. Nos enfants ont ce que l’on appelle des dents de lait, qui tombent par elles-mêmes et à leur place d’autres dents, définitives, poussent. Nous avons tous un cœur, mais c’est un cœur de chair, grossier, égoïste. Un tel cœur ne nous permettra pas d’enter dans la vie éternelle. Et ce cœur ne tombera pas de lui-même comme une dent de lait. Nous devons le rejeter et le remplacer par un nouveau qui ne viendrait pas de nous, mais du Christ. Et à chaque fois où nous apportons de l’aide à un proche, que nous faisons un effort, c’est comme si nous arrachions un petit morceau de notre cœur pour le donner à notre prochain et en échange de ce petit morceau de notre cœur de chair, pécheur, le Seigneur mettra en nous un morceau identique de cœur du Christ. Et ainsi, durant tout le cours de notre vie, nous échangerons notre cœur contre un cœur neuf, un cœur véritable, nous l’échangerons contre le cœur du Christ. Et ce n’est que là que s’ouvrira pour nous la vie éternelle. Plus personne ne pourra nous arracher du vêtement du Christ et nous obtiendrons ce que le docteur de la Loi demandait au Christ : la vie éternelle.

+ Archevêque ANDRÉ /Rymarenko/

Résurrection de la fille de Jaïre

 

L’Évangile de ce jour nous révèle deux miracles opérés par notre Sauveur, l'un sur une femme souffrant d'un flux de sang et l'autre à la demande d'un chef de la synagogue, Jaïre. Le Seigneur guérit la femme instantanément, lorsqu'elle effleura seulement Son vêtement ; dans l'autre cas Il ressuscite des morts la fille unique de Jaïre âgée de douze ans.

Ce qui dans cette lecture de l’Évangile est pour nous instructif, c'est la foi de Jaïre, ce chef de la synagogue. Sa fille unique était à l'article de la mort, et il demande de l'aide, non pas à des médecins, mais il s'adresse à notre Seigneur Jésus-Christ avec la certitude que d'une seule parole Il peut la guérir. Agissez de même, lorsque votre femme, vos enfants ou quelqu'un de vos parents ou de vos proches tombe malade, adressez-vous en priorité au Christ, ce Médecin de nos âmes et de nos corps, et demandez-Lui Son aide.

Ce qui encore est instructif dans ce récit, c'est la foi de la femme qui depuis douze années souffre de perte de sang. Un autre évangéliste nous dit qu'avant de toucher le vêtement du Christ, elle s'était dit en elle-même : « Si je parviens à toucher seulement Son vêtement, je serai sauvée »,et c'est animée de cette foi qu'elle s'est approchée du bord de Son vêtement et a été guérie sur le champ, alors qu'auparavant elle s'était soignée chez des médecins pendant douze années, leur avait donné tout ce qu'elle possédait,mais aucun d'eux ne lui avait apporté la moindre utilité.

Combien il y a aujourd'hui de chrétiens qui lorsqu'ils sont malades ne s'adressent qu'aux médecins et oublient de s'adresser au Christ. Pour leur peu de foi, ils sont punis par une maladie qui dure sans fin et ils dépensent tout leur argent en médecins et médicaments.

Le fait que la femme ait été guérie instantanément nous montre un exemple de guérison spirituelle. Nos âmes sont guéries instantanément lorsque nous invoquons avec foi et sentiment de pénitence le nom salvateur de Jésus-Christ. Le cours des pensées pécheresses et des passions cesse instantanément et à leur place viennent des pensées saintes, célestes ; l'âme devient légère, joyeuse et glorifie le Seigneur Donateur de vie. Si avec foi et humilité vous approchez du Seigneur, du Corps et du Sang du Sauveur, consommez-les et vous serez guéris. Mais combien peu nombreux sont ceux qui approchent sincèrement du Sauveur, et consomment avec une foi réellement profonde et un amour brûlant Son Corps et Son Sang !

Notons encore ceci : lorsque le Seigneur a vu que les parents et les proches de la fille de Jaïre étaient en pleurs, Il dit : « Ne pleurez pas, elle n'est pas morte, mais elle dort ». Ces paroles sont pour nous très réconfortantes. Notre Seigneur Donateur de Vie nomme la mort sommeil. Pourquoi ? Parce que la résurrection universelle des morts sera comme un réveil universel du sommeil et cela en raison de Sa mort et de Sa résurrection, car le Christ « ressuscité des morts est prémices de ceux qui sont morts ». De même que tous meurent par Adam, tous ressusciteront grâce au Christ.

Ayant renvoyé tout le monde de la chambre où était la morte sauf Pierre, Jacques et Jean ainsi que le père et la mère, Il lui prit la main de la morte et dit d'une voix forte : « Jeune fille, lève-toi ! ». C'est là, mes frères, l'image de notre résurrection future, souvenez-vous en bien. Sachez que vous ressusciterez. Mais suffit-il de le savoir ? Non, vivez de façon chrétienne afin d'obtenir une résurrection bienheureuse. Amen.

 

Saint JEAN de Kronstadt

Le démoniaque Gadarénien

 

Nous venons d'entendre le récit où le Seigneur a libéré un malheureux homme, possédé, qui avait été la proie non pas d'un esprit mauvais, mais de tout une légion d'esprits impurs. Lorsque les démons virent le Sauveur qui approchait et comprirent que leur violence maléfique sur cet homme malheureux allait prendre fin, ils se mirent à Le supplier, afin qu'Il leur permette d'entrer dans un troupeau de porcs qui paissaient au bord du lac.

Le Seigneur accomplit toujours les prières lorsqu'elles Lui sont adressées avec foi, même celles des esprits mauvais. Et Il autorisa donc ce qu'ils Lui demandaient. Notez que sans Sa permission, ils n'auraient jamais pu le faire. Au début de l'office du sacrement de baptême, le prêtre prononce les prières dites des catéchumènes par lesquelles les esprits impurs sont chassés de l'âme de celui qui est baptisé.

Pourquoi le Seigneur a-t-Il permis cela ? Saint Jean Chrysostome dit que c'est pour le bien de ceux qui écoutent, afin qu'ils comprennent à quel point ces esprits mauvais détestent toute créature divine ; ils les détestent à point tel que, ayant reçu le pouvoir sur ces malheureux animaux (qui sont également des créatures divines), ils n'ont pas eu d'autre idée que de les faire périr car ils détestent d'une haine féroce tout ce que Dieu a créé. Notons encore qu'il s'agit d'un troupeau de porcs et, comme vous le savez, selon la loi juive, le porc est un animal impur qui ne doit être ni consommé, ni gardé. L'existence de ce troupeau de porcs était offensante pour des juifs orthodoxes, c'est pourquoi le Seigneur a fait en sorte qu'il disparaisse subitement.

Mais dans le passage de l’Évangile que nous avons lu, nous voyons que les habitants de cette ville, apprenant ce qui était arrivé, se mirent à demander au Seigneur de s'en aller au plus vite de chez eux, car ils furent effrayés à l'idée que ce Thaumaturge inattendu ne vienne bouleverser leur mode de vie habituel. Que ne pourrait-il encore arriver, s'Il venait à entrer dans la ville même ?! C'est là un exemple de peur ''égoïste''. On peut rencontrer cette même peur aujourd'hui dans des cas où l'homme refuse de laisser entrer le Seigneur en son âme. Qui n'a pas entendu des propos de ce genre : « Nous ne sommes pas des moines ! Peut-on exiger de nous ce qui est demandé à des moines, des prêtres ? ». Lorsqu'ils insistent sur le fait que leur paix intérieure ne soit en rien troublée, qu'ils ne se reconnaissent aucune obligation spirituelle, ne nous rappellent-ils pas la réaction de ces Gadaréniens qui sont venus au-devant du Seigneur pour Le prier de partir loin d'eux. Gardons-nous d'agir de même avec la grâce divine ! Ne la repoussons pas loin de nous.

Souvenons-nous de ce qu'enseignait le Seigneur aux apôtres : si vous entrez dans une ville pour porter la Bonne nouvelle et que l'on ne vous y reçoive pas, quittez cette ville en secouant la poussière de vos pieds et dites : « Sachez que le Royaume de Dieu s'est approché de vous, mais nous secouons même la poussière de votre ville qui s'est attachée à nos pieds ». Et le Seigneur a encore ajouté : « Je vous le dis en vérité, il y aura moins de rigueur, au jour du jugement, pour le pays de Sodome et de Gomorrhe –il s'agit de ces villes que le Seigneur a puni d'un déluge de feu à cause de leur péchés monstrueux – que pour cette ville » qui a refusé la Bonne nouvelle apportée par les apôtres.

En écoutant le saint Évangile, nous constatons combien les esprits maléfiques s'efforcent de nuire à tout ce qui existe. Et pourtant, l’Église nous apprend qu'ils ont été créés par Dieu bons et lumineux, et ce n'est qu'après qu'ils se soient révoltés contre Dieu qu'ils ont perdu leur nature bonne et lumineuse pour devenir des esprits sombres et maléfiques. Nous ne connaissons pas les circonstances de la chute du premier ange. L’Église nous apprend seulement que le premier ange créé par Dieu particulièrement puissant et lumineux s'était révolté contre son Créateur et a voulu devenir son égal. C'est là, si vous le voulez, la première révolution ! Le tout premier révolutionnaire, c'est le diable qui avait voulu organiser une révolution dans le ciel, soulever d'autres anges contre le Roi Céleste, mais il fut précipité des cieux et couvert de honte. Tous les révolutionnaires qui l'ont suivi lui sont apparentés selon l'esprit. Ne l'oublions jamais. Mais souvenons-nous également de ce que l’Église nous console en nous parlant des anges lumineux qui montent la garde et la protection du genre humain. Ce n'est pas en vain que nous répétons souvent la prière : « Entoure-nous de Tes anges saints, afin que protégés, gardés et conduits par eux /.../ », car en effet ils nous protègent, et tout spécialement notre Ange-Gardien qui jamais ne nous abandonne et qui est notre plus fidèle ami. Même lorsque l'homme se livre au péché et que l'esprit maléfique pourrait prendre possession de lui et le faire périr, l'Ange-Gardien prend la défense de l'homme, le protège et espère en sa pénitence future. Souvenez-vous toujours que quelle que difficile soit la situation où nous sommes, quelle que soit la menace pesant sur nous, si avec foi nous appelons à l'aide notre Ange-Gardien, il nous sauvera. Car c'est là la mission que lui a donnée le Seigneur : nous protéger et de sa main puissante écarter tout danger de nous …

Souvenez-vous donc que quoi qu'il vous arrive, quel que soit le malheur qui vous frappe, sachez que si vous vous adressez avec foi à votre puissant et bon ami votre Ange-Gardien, il s'empressera de vous venir en aide. Amen.

Saint Métropolite PHILARÈTE

XXI° Dimanche après Pentecôte

 

Parabole du Semeur – Luc VIII, 5-15

 

Nous avons entendu la parabole du Seigneur sur le semeur. Tout le monde la connaît. Le semeur est sorti semer et sa semence est tombée en divers endroits, mais seulement celle qui est tombée dans de la bonne terre a donné un bon fruit. Certaines sont tombées au bord du chemin et des oiseaux sont arrivés, les ont picorées et tout a disparu. Il en est ainsi de ceux qui sont spirituellement négligents. Ils peuvent entendre une parole de vérité, mais il leur arrive selon ce que dit le proverbe : c’est entré par une oreille, sorti par l’autre et rien n’est resté dans la tête.

Une autre semence est tombée sur une terre caillouteuse couverte d’une fine couche de terre. Et voilà que la semence a germé, mais n’a pas eu le temps de donner un fruit, le soleil a desséché la fine couche de terre qui recouvrait les pierres, et la semence a séché sans porter de fruit. C’est le cas de ceux qui sont inconstants, qui dans un premier temps sont prêts à accepter la parole de vérité, vivre en bons chrétiens, mais à peine se heurtent-ils à des désagréments, des peines, et alors qu’il leur faudrait manifester qu’ils sont de bons chrétiens orthodoxes, ils reculent et abandonnent la vie chrétienne qu’ils menaient et, de même que les autres, ils ne portent pas de fruit.

Une autre semence est tombée dans les mauvaises herbes et les ronces. Elle a germé et aurait pu donner un fruit, mais les mauvaises herbes l’étouffèrent. C’est le cas de ceux qui acceptent la parole de vérité, leur âme tend vers elle, ils commencent à vivre une vie chrétienne, mais la vanité du monde, tous les soucis d’ici-bas et notamment l’appât de la richesse finissent par étouffer ce bon fruit. La vanité des biens terrestres et les péchés ont étouffé le bon fruit.

Mais voici enfin la semence qui tombe dans de la bonne terre, donne une pousse qui se développe et porte un bon fruit. Dans sa vie spirituelle tout homme peut connaître divers niveaux qui toutefois tous peuvent donner un bon fruit. Et ayant dit cela, le Seigneur appela ses disciples à réfléchir à ce qu’ils avaient entendu : «  Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende ! » .

La bonne semence est toujours semée. Le Seigneur en personne est le premier Semeur, puis il y eut Ses apôtres, puis leurs successeurs les évêques et les prêtres. Cette bonne semence est semée jusqu’à aujourd’hui. Mais il faut se souvenir ici d’une autre parabole dans laquelle il est dit que le maître a ensemencé son champ d’une bonne semence, mais que son ennemi est venu de nuit semer de l’ivraie parmi le blé, une semence nuisible.

Et c’est précisément aujourd’hui le champ de notre vie : la bonne graine est semée, mais combien de mauvaises graines sont semées aujourd’hui ! Et ces mauvaises graines, telles des ronces, peuvent totalement étouffer les bonnes semences. C’est pourquoi – gardez précieusement la Parole du Seigneur lorsque vous l’entendez ou la lisez, recevez-la pieusement dans votre âme et souvenez-vous qu’il faut non seulement la recevoir, mais la réaliser dans votre vie.

L’Evangile ne doit pas être un livre rangé dans l’armoire ou posé sur la table où il se couvre de poussière, ce doit être le Livre de Vie de tout chrétien. C’est pourquoi seul celui qui écoute et lit la Parole de Dieu est réellement un chrétien authentique. Sachez qu’avant d’achever Sa vie sur terre le Seigneur a dit que cette Parole, elle est dans l’Evangile. Et si un homme n’a jamais ouvert le Livre des Evangiles, la discussion sera très brève avec lui lors du Jugement Dernier. Souvenez-vous en, lisez le Saint Evangile et essayez de diriger votre vie selon l’Evangile. Amen.

Saint Métropolite PHILARÈTE