L’Entrée du Christ à Jérusalem

 

L’événement que l’Église commémore aujourd’hui – l’Entrée du Christ à Jérusalem – rencontre un écho avec le temps que nous vivons, au même titre que tout ce qu’a fait et dit le Seigneur. Cet écho est dans le fait que lorsque le Seigneur allait entrer dans la ville de Jérusalem, celle-ci était frappée non par la peste, mais par un autre virus tout aussi terrible – le matérialisme. Le peuple avait soif d’une bonne vie, il leur fallait un roi, un guide, qui puisse les libérer des Romains et ils pourraient alors jouir d’une belle vie. C’est là le roi qu’ils attendaient et dont ils avaient besoin.

Et le Seigneur vint dans cette ville infectée sachant ce qui L’y attendait, ce qui allait Lui arriver, sachant qu’Il allait mourir, sachant que cette peste Le tuerait, qu’Il serait crucifié. Néanmoins, c’est de Son bon vouloir qu’Il est entré dans cette ville. Cela n’a rien à voir avec cette épidémie que nous connaissons aujourd’hui. Le fait qu’elle soit autour de nous ou ne le soit pas, est tout à fait indépendant de nous. Nous n’allons pas à sa rencontre volontairement, c’est elle qui nous rattrape. Alors que le Seigneur pouvait très bien ne pas se rendre à Jérusalem, sachant que la mort L’y attendait. Il est Dieu, et en tant que Dieu Il savait tout. Il aurait pu attendre quelque part, rassembler un petit cercle de disciples, leur transmettre sans trop de bruit Son enseignement, et ne se mêler de rien. Mais Il savait que cette ville était frappée par cette maladie et Il y est allé pour sauver ne serait-ce qu’une poignée de personnes, celles qui L’avaient suivi. Il l’a fait par amour pour nous ! Et voilà que maintenant que Pâque, le Jour du Seigneur, approche on nous dit : n’allez pas au devant du Christ ! Mais ne devons-nous pas imiter en tout notre Seigneur ? Il est venu dans cette ville infectée pour y être mis à mort ! Pourquoi nous ne pourrions pas, ne devrions-nous pas prendre les risques que Lui-même a pris pour nous ?

Cela ne signifie nullement que si nous venons à l’église pour Pâque, nous allons tous nous contaminer et nous en mourrons tous. Non ! Notre but à nous, chrétiens, n’est pas de ne pas mourir, mais de mourir avec le Christ, car si nous mourrons avec le Christ, nous ressusciterons avec Lui. Là est le fondement de notre foi – mourir avec le Christ. Que ce soit à l’église ou dans la rue que nous nous contaminions est sans importance. L’important pour nous est de ressusciter ! Et nul autre que notre Seigneur Dieu peut nous ressusciter. Et n’oublions pas les paroles du Christ « quiconque aura honte de Moi et de Mes paroles dans cette génération adultère et pécheresse », J’aurai aussi honte de lui le jour Terrible du Jugement.

On pourrait nous dire «les autorités nous incitent à … voyez vous-mêmes ...», mais non, ils nous disent de le faire, ils nous l’ordonnent ! C’est le pape de Rome, c’est le patriarche de Moscou, c’est le patriarche Œcuménique qui nous interdisent de venir à Pâque vers le Christ, vers notre Sauveur ! Venir et recevoir la Résurrection, la Vie Eternelle ! Comment est-ce possible ? Si quelqu’un a peur, nul n’est en droit de le juger. Certains peuvent réellement craindre de se contaminer. Mais on en est même venu à inventer tout une théorie selon laquelle nous n’avons pas peur de nous contaminer, nous sommes courageux, mais nous craignons de contaminer les autres ! Ils induisent ainsi les autres en erreur et se trompent eux-mêmes. Mais ce sont eux qui ont peur, eux-mêmes ont peur. Ce qui est mal, c’est d’avoir inventé cet enseignement, cette théorie : nous, nous sommes sages, nous ne craignons pas pour nous, mais pour les autres, alors que ceux qui vont à l’église ce sont des fanatiques, des imbéciles. C’est là ce qui est le plus désagréable.

Et là se situe la frontière du reniement. Prenons Pierre, il suivait le Christ, il est entré dans le prétoire, était assis près du feu avec les autres, et lorsqu’on lui dit « toi aussi, tu étais avec Lui », il prit peur et renia le Christ. Et pourtant il avait été Son disciple. Il pleura amèrement, fit pénitence, toutefois il avait renié. Et bien, ce à quoi on nous appelle se situe à la frontière du reniement du Christ. Mais dans la mesure où le Seigneur a pardonné l’apôtre Pierre, nous ne devons pas condamner ceux qui s’abstiennent d’aller à l’église. Qu’ils restent chez eux, nous continuerons de prier ici pour eux tous. Et que ceux qui décident de rester à la maison, ne condamnent pas ceux qui se rendent dans les temples de Dieu. Que la paix règne parmi nous. Ne nous faisons aucune reproche les uns aux autres.

Je veux simplement dire à chacun de sentir en son âme où se situe cette frontière : ne suis-je pas en train de renier le Christ à cet instant ? Voilà l’essentiel : ne pas nous séparer du Christ. Si nous nous séparons de Lui, nous perdons la Vie Eternelle. Là est le plus important. Ayons toujours à l’esprit dans de telles situations l’Entrée du Christ à Jérusalem, comment le Seigneur y est allé sachant qu’Il allait y être mis à mort, qu’Il y serait torturé, humilié, que tous L’abandonneraient et qu’Il resterait seul. Néanmoins, Il y est allé pour sauver ne serait-ce que quelques uns. Et nous aussi devons de même aimer le Christ, comme Il a aimé le genre humain. Le Christ doit être pour nous plus que tous et plus que tout, plus que notre vie même, parce que tout le monde finit par perdre la vie, même le Seigneur l’a perdue, mais ne ressusciteront que ceux qui aiment le Christ, qui Le suivent et Lui sont fidèles.

Souhaitons d’être tous avec le Christ jusqu’à la fin, jusqu’au dernier de nos jours. Que le Seigneur vous garde tous !

Métropolite AGAFANGEL

 

 

Входъ Господень во Iерусалимъ

 

Событие, которое сегодня вспоминает Церковь — Входъ Господень во Iерусалимъ — перекликается и со сегодняшним временем, как и всё, что говорил и делал Господь. Перекликается в том, что Господь должен был войти в город Иерусалим, который был поражён не чумой, а тоже страшным вирусом — материализмом. Народ жаждал хорошей жизни, им нужен был царь, вождь, который освободит их от римлян, и вот они тогда заживут хорошо. Ждали они такого царя.

И Господь пришёл в этот заражённый город, зная, что с Ним будет, зная, что Он погибнет, зная, что эта чума Его убьёт, что Его распнут. И Он шёл добровольно в этот город. Это не то, что сейчас, вот этот вирус, эпидемия. От нас это не зависит, есть ли она вокруг или нет. Мы не идём сюда добровольно, а это нас достигло. А Господь мог и не идти во Иерусалим, зная, что Он идёт на смерть. Он же Богъ, Он же всё знал. Он мог бы, где нибудь отсидеться, создать Свой кружок со Своими последователями, проповедывать им потихоньку, не вмешиваться никуда. Но Он знал, что этот город поражён болезнью и шёл туда спасти хотя бы некоторых, ту маленькую горстку людей, которые за Ним пошли. И Он это сделал ради нас и вот сейчас, когда Пасха, День Господень приближается, нам говорят — не надо ходить ко Христу. Но мы же должны подражать Христу во всём. Он пришёл в этот заражённый город, чтобы Его убили в нём. Почему же мы не можем, не рискуем так, как Он рисковал ?

Это не значит, что, если мы придём на Пасху, то все заразимся, и все умрём. Нет ! Наша цель, вообще, христиан, это не не умереть, а умереть со Христом, потому что, если умрём со Христом, то с Ним и воскреснем. На этом стоит наша вера — умереть со Христом. Заразимся ли мы в храме, или на улице — это не главное. Главное нам воскреснуть ! А воскресить нас может только Господь Богъ и никто иной. И слова Христа «если кто постыдится Меня в роде сем лукавом и прелюбодейном, того и Я постыжусь в день Страшного Суда».

Могли бы нам говорить «власти побуждают, так что смотрите ...», но нет нам указывают, приказывают ! Это Папа Римский, это патриарх Московский, это патриарх Вселенский запрещают приходить на Пасху ко Христу, к своему Спасителю ! Прийти и получить Воскресение, Вечную Жизнь ! Как это можно ? Если кто боится, не судим тех людей. Есть такие, которые боятся заразиться. Придумали даже теорию, что мы боимся не себя заразить, мы такие смелые, мы боимся других заразить. Так обманывают они и себя и других. Они боятся, сами боятся. Плохо то, что они учение ещё придумали, теорию : вот мы мудрые, мы боимся не себя, а других заразить, а те, кто идут, это фанатики, глупцы. Это самое, что для меня неприятное сейчас происходит.

И здесь есть грань отречения. Вот Пётр, шёл за Христом, зашёл в преторию, сидел возле костра с другими и, когда ему сказали «и ты был с Ним тоже», он испугался и отрёкся от Христа. Он же шёл за Ним, потом плакал, каялся, но отрёкся. Так вот, то, к чему нас призывают, это где-то на грани отречения от Христа. Но поскольку Господь простил и апостола Петра, мы не должны осуждать и тех, кто остаётся. Пусть остаются дома, мы за них всех здесь помолимся. И те, кто остаются дома, да не осуждают тех, кто в эти дни приходят в храм Божий. Пусть будет мир между нами. Не будем друг друга осуждать. Я просто хочу сказать для каждого, что в своей душе каждый должен эту грань прочувствовать — не отрекается ли он от Христа в этот момент, когда отказывается идти ? Вот, что важно : не разлучиться нам со Христом. Если мы разлучимся со Христом, мы потеряем вечную жизнь. Вот это главное. Всегда надо вспоминать в таких ситуациях Входъ Господень во Iерусалимъ, как Господь шёл туда, где Он знал, что Его убьют, Его будут пытать, оскорблять, что все разбегутся и Он останется один. Но Он всё-таки шёл, чтобы спасти нескольких человек. Вот и мы должны тоже так же любить Христа, как Он возлюбил род человеческий. Христос должен быть для нас выше всех и всего, выше нашей жизни, потому что жизни лишаются все, даже Господь, но воскресают только те, кто любят Христа, кто идёт за Христом и тот, кто верен Христу.

Желаем всем нам быть со Христом до самого конца, до самого последнего нашего дня. Храни вас всех Господь !

Митрополитъ АГАФАНГЕЛЪ

CHRIST EST RESSUSCITÉ !

 

Aujourd’hui, chers frères et sœurs, nous célébrons la fête de la foi. Aujourd’hui ce n’est pas tant la fête en l’honneur de l’apôtre Thomas, qu’en l’honneur de la foi. La Résurrection du Christ a effectivement eut lieu, mais elle ne peut se concrétiser en nous que grâce à notre foi. Si nous n’avons pas de foi, nous n’avons pas de Christ Ressuscité. Si nous n’avons pas de foi en la Résurrection du Christ, que peut-elle alors nous apporter ? Rien ! Elle ne peut nous apporter qu’à travers notre foi, si nous nous unissons au Christ et devenons un en Lui, afin de mourir et ressusciter en Lui.

C’est donc cette foi orthodoxe que l’Église célèbre aujourd’hui : la foi dans le Christ Ressuscité et cette foi doit habiter en chacun de nous. Le Seigneur a dit – heureux sont ceux qui ne M’ont pas vu et qui croient en Moi et Il a béni tous ceux croient dans le Christ Ressuscité, dans le Christ Sauveur !

Et c’est à l’exemple de l’apôtre Thomas, que l’Église nous montre cette foi, nous montre comment nous devons nous comporter envers le Christ Ressuscité. Nous ne pouvons évidemment pas toucher le Seigneur, comme le fit l’apôtre Thomas, mais nous pouvons L’avoir en notre cœur, avoir la foi en Lui et cela doit nous suffire, car c’est là l’essentiel, en cela réside notre salut, car sans la foi nous sommes séparés du Christ, séparés de Dieu. Nous nous unissons au Dieu-Homme qu’à travers cette passerelle de la foi qui doit être en nous, dans le cœur de chacun de nous.

Ainsi donc, chers frères et sœurs, je vous souhaite à tous d’avoir une foi vive, authentique et orthodoxe !

CHRIST EST RESSUSCITÉ !

Métropolite AGAFANGEL

Dimanche de Thomas – 2020

(d’après enregistrement magnétophone)

 

- - - - -

 

ХРИСТОСЪ  ВОСКРЕСЕ !

 

Сегодня дорогие братья и сестры — праздник веры. Не столько праздник в честь св. апостола Фомы, а в честь веры, потому что Воскресение Христово было, но оно может в нас отобразиться только благодаря нашей вере. Если мы не имеем веры, то мы и не имеем Воскресения Христова. Если мы не имеем веры в Воскресение Христово, так что оно может нам дать полезного ? Ничего ! Оно может дать только через веру, если мы соединимся со Христом и будем с Ним, как одно целое, чтобы с Ним умереть и с Ним воскреснуть.

И вот сегодня веру православную Церковь вспоминает : веру в Воскресшаго Христа. Это должно быть в каждом человеке. Господь сказал, что блаженные те, кто не видел Меня, но верит в Меня и вот Он благословил всех тех, кто верит во Христа Воскресшаго, во Христа Спасителя.

И на примере апостола Фомы, Церковь нам показывает эту веру — как мы должны относиться ко Воскресшему Христу. Мы не можем конечно осязать Господа, как это мог апостол Фома, но можем в сердце своём Его иметь и иметь веру в Него и это будет для нас достаточно, потому что это самое главное в чём заключено наше спасение, потому что без веры мы отделены от Христа, от Бога. Мы соединяемся с Бого-Человеком только мостиком веры, которая должна быть в сердце каждого из нас.

Так что, дорогие братья и сестры — всем желаю живой, настоящей, православной веры !

ХРИСТОСЪ ВОСКРЕСЕСЕ !

 

Митрополитъ АГАФАНГЕЛЪ

Фомино Воскресенье — 2020 г.

(по магнитофонной записи)

 

 

Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit !

 

Christ est Ressuscité !

 

Lorsque l’on parle de la Résurrection du Christ, beaucoup la comprennent comme un événement terrestre. Il y avait un homme qui vivait, puis il est mort, puis il est monté au ciel. Et ils ne la comprennent que dans une dimension terrestre, mais si nous ne voyons que cela dans la Résurrection du Christ, alors elle n’a pour nous aucun sens. Lorsque le Seigneur est venu, Il a dit : « Repentez-vous, car le Royaume des Cieux est proche »,et la Résurrection du Christ est précisément cet avènement du Royaume des Cieux. Les portes du Royaume Céleste sont dorénavant ouvertes.

De même que le Seigneur a détruit les portes de l’enfer, Il a pareillement enlevé le séraphim qui se tenait à l’entrée du Royaume Céleste, du Paradis, agitant une épée flamboyante /Gen. 3, 24/. Ce séraphim qui gardait l’entrée du Paradis n’est plus là. L’entrée du Royaume des Cieux est ouverte. La Résurrection du Christ est cette venue même du Royaume Céleste, ainsi que le Christ l’a montré à Ses disciples sur le mont Thabor lors de Sa Transfiguration. Et le fait que le Christ est Ressuscité et qu’Il Se soit montré à Ses disciples, ce n’était pas seulement l’apparition du Christ Ressuscité, mais l’apparition du Royaume des Cieux.

Et lorsque nous abordons ce phénomène non dans une dimension purement terrestre, mais lorsque nous croyons qu’un autre monde existe, un monde supérieur et inaccessible à nous – ce monde est en réalité le Royaume des Cieux dont le Seigneur nous a ouvert la porte, afin que nous puissions y pénétrer. Dire que le Christ est Ressuscité revient à dire que les portes du Royaume des Cieux se sont ouvertes à nous.

Ainsi donc, chers frères et sœurs, lorsque les Femmes Myrophores se tenaient dans le tombeau vide, elles se tenaient sur le seuil de ce nouveau Monde Éternel, c’est pourquoi il est dit dans les Écritures Saintes qu’elles furent saisies d’épouvante. Et elles s’enfuirent effrayées du fait qu’elles se trouvaient au bord d’un abîme, au bord de l’éternité, et toute personne qui s’est rendue à Jérusalem, qui a pénétré dans le tombeau du Christ a pu le ressentir et est à même de comprendre mes paroles que là-bas deux mondes se frôlent, le monde terrestre et le Monde Céleste. Et c’est donc ce Monde Éternel qui s’est ouvert pour nous grâce à la Résurrection du Christ. Dieu veuille que chacun de nous puisse franchir le seuil de ce Royaume, afin d’être pour l’Éternité avec le Christ dans Son Royaume Éternel.

Que le Seigneur vous garde tous !

Métropolite AGAFANGEL

Dimanche des Femmes Myrophores – 2020

(d’après enregistrement magnétophone)

 

Во имя Отца, и Сына, и Святаго Духа !

 

Христосъ Воскресе !

 

Когда говорят о Воскресении Христовом, то многие воспринимают это как некое земное событие. Жил человек, потом он умер, потом воскресъ и вознесся на небо. Всё это воспринимают только в земном измерении, а если так понимать Воскресение Христово, то оно абсолютно для нас не имеет никакого значения. Когда Господь пришёл к нам, Он сказал : «Покайтесь, приблизилось Царство Небесное», так вот, Воскресение Христово и есть наступление Небеснаго Царства. Открылись врата Небеснаго Царства.

Так же как Господь сокрушил врата ада, точно так же убрал Он серафима, который стоял у входа Небесного Царства, у входа в Рай, с обращающимся огненным мечом. Уже нет больше этого серафима, который сторожил вход в Рай. Вход в Небесное Царство открыто. Воскресение Христово и есть пришествие Небеснаго Царства. Воскресший Христосъ и есть это Небесное Царство, как Он это показал Своим ученикам на горе Фаворской в Своём Преображении. И то, что Воскресъ Христосъ и явился Своим ученикам это было не просто явление Воскресшаго Христа, это было явление Царства Небеснаго.

Когда мы с этим сталкиваемся не только в таком плоском измерении, а верим, что существует мiръ иной, высший мiръ нам недоступный – этот мiръ именуется Небесным Царством и Господь открыл нам дверь в Него. Говорить, что Христосъ Воскресъ это то же самое, что говорить открылись врата Царства Небеснаго. Это имеет одно и то же значение.

Так что, дорогие братья и сестры, когда Жены Мироносицы стояли в этом пустом гробе, они стояли на пороге этого нового Вечнаго Мiра, поэтому и сказано в Священном Писании, что страх и ужас их объял. Они бежали оттуда от ужаса, от того, что они стояли на краю бездны, вечности, и всякий, кто был во Иерусалиме, во гробе Господнем, может это почувствовать и поймёт мои слова, что там, как бы, прикасаются два мiра – земной и Небесный. Так вот, открылся нам Воскресениемъ Христовымъ этот Вечный Мiръ и дай Богъ нам всем переступить порог этого Царства и быть в вечности со Христомъ в Его Вечномъ Царстве.

Храни Вас всех Господь !

Митрополитъ АГАФАНГЕЛЪ

Неделя Женъ Мvроносицъ – 2020

(по магнитофонной записи)

La Rédaction : Nous vous proposons un sermon de Mgr CLÉMENT, Evêque de l’Église des V.C.O. de Grèce, transmis par Mgr AMBROISE. Cette réflexion sur l’enseignement pouvant être tiré de la Vie de Sainte Marie l’Egyptienne, et son application à la situation que nous subissons actuellement, a été traduite du grec en anglais et de l’anglais en français. Nous remercions Matouchka Catherine Doucet de nous avoir transmis ce texte plein d’enseignements.

Ceux qui désirent approfondir leur connaissance de l’exploit spirituel de cette sainte, nous rappelons sa Vie transcrite par saint Sophrone patriarche de Jérusalem, qui vous avait été en son temps indiquée :

https://www.pagesorthodoxes.net/saints/marie-egyptienne.htm

 

 

Un enseignement adapté à notre

temps: la vie de Sainte Marie l’Égyptienne

 

Cette année, nous traversons le temps du Grand Carême dans des circonstances extraordinaires dues à l’épidémie du coronavirus. Si la fête de Sainte Marie l’Égyptienne nous apporte toujours des enseignements, elle nous donne cette année en particulier le courage et la force de tirer profit de la situation actuelle. Ainsi pourrons-nous sortir du carême non seulement sans atteinte à notre santé mentale, mais encore avec une abondance de bénéfices spirituels.

Les Saints Apôtres Paul et Jacques, Frère du Seigneur, nous guident dans cette direction : « ... et nous nous glorifions encore dans nos afflictions sachant que l’affliction produit la patience ; et la patience, l’expérience ; et l’expérience, l’espérance ; et cette espérance n’est pas vaine » (Romains 5:3-4), et « Heureux est celui qui souffre patiemment les afflictions, parce qu’après avoir été éprouvé il recevra la couronne de vie que Dieu a promise à ceux qui l’aiment. » (St. Jacques 1:12).

Examinons maintenant comment la fête du jour nous apprend à utiliser les difficultés présentes au profit de notre vie spirituelle.

Dimanche de Marie l’Egyptienne

 

Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit !

Aujourd’hui, chers frères et sœurs, la Sainte Église commémore Marie l’Egyptienne et en sa mémoire nous avons lu aujourd’hui l’Evangile où le Seigneur, avant de prendre le chemin de Sa Passion volontaire, est entré dans la maison d’un pharisien, sans doute un de Ses disciples, et dans cette maison il y avait une pécheresse qui Lui lava les pieds de ses larmes, puis les essuya de ses cheveux et le pharisien pensait en lui-même – comment se fait-il, si le Seigneur est un prophète, qu’Il ne sache pas qui s’est approchée de Lui et qui Le touche. C’est une femme pécheresse !

Mais le Seigneur dit qu’elle avait beaucoup aimé et, pour avoir tant aimé, beaucoup de ses péchés lui sont remis. Mais « aimer », dans la langue russe contemporaine ne veut strictement rien dire, ce mot a perdu tout son sens. Avant les événements terribles que la Russie a connus, avant la révolution, le mot « Amour » ne se rapportait qu’à Dieu Seul, et à rien d’autre. « Amour » est le nom même de Dieu, le nom du Christ et lorsqu’Il dit que cette pécheresse a beaucoup aimé, cela signifie qu’elle a été réceptive à l’Amour du Christ et, à celui qui a beaucoup aimé, beaucoup de péchés seront remis. Et celui qui a moins aimé, il lui sera moins remis, quelle qu’ait pu être sa vie, qu’il ait beaucoup ou peu péché.