21-e DIMANCHE après PENTECÔTE

 

Matines : Jean XXI, 1-14

Liturgie : Gal. VI, 11-18 ; Luc XVI, 19-31



AU NOM DU PÈRE DU FILS ET DU SAINT-ESPRIT !

Bien-aimés Frères et Sœurs,

I – L’Evangile de Matines raconte la troisième apparition de Jésus après la Résurrection. Quelques apôtres un peu désœuvrés, décident de suivre Pierre et d’aller pêcher. Ils ne prennent rien cette nuit là. Au matin, Jésus – mais ils ne Le reconnurent pas – était sur la rive et leur demande s’ils avaient quelque chose à manger. Ils Lui répondirent qu’ils n’avaient rien, ayant travaillé en vain toute la nuit. Jésus leur dit de jeter le filet du côté droit de la barque. Ce qu’ils firent et le filet se remplit de poissons ! Jean reconnaît alors le Seigneur et le dit à Pierre qui se revêt et se jette à l’eau. Les autres arrivent avec leur filet plein de poisson. Il y avait là un feu de braise avec un peu de pain et de poissons. Jésus leur dit d’approcher, mais ils n’osaient pas, car il L’avait reconnu.

Alors Jésus prend du pain et des poissons grillés et les leur donna.

Ce n’est pas une communion sacramentelle, mais c’est la manifestation de la sollicitude de Dieu qui nourrit ses enfants ;

II – Il y a une incompatibilité entre le rythme du Monde et le rythme de Dieu qui est la Vérité et donc le Christ.

« Le monde vous hait, parce que vous n’êtes pas du monde » (Jn XV,19), et, dans la Grande Prière Sacerdotale, le Christ dit : « Je prie pour ceux que Tu m’as donnés, Je ne prie pas pour le monde » (Jn XVII, 9)

Le rythme du monde, c’est assez le genre de vie du riche dont parle l’évangile de Luc : il vivait dans les plaisirs et les jouissances de la richesse – dans l’oubli aussi de la Parole de Dieu, représentée par Moïse et les Prophètes. Le pauvre Lazare, lui, était dans les souffrances de la misère et de la maladie. Il vivait à la porte du riche, et, humblement, désirait se rassasier des reliefs de la table du riche. Les chiens aussi se rassasient des reliefs des maîtres … Mais ils léchaient les ulcères du pauvre Lazare.

Or le riche et Lazare meurent la même nuit. Lazare se retrouve « dans le sein d’Abraham », c’est-à-dire au Paradis, et le riche tombe dans les flammes de l’enfer. Il voit d’ailleurs Lazare, et il prie Abraham d’envoyer Lazare – qui était pour lui comme un serviteur – tremper son doigt dans l’eau pour lui humecter la langue et apaiser ses souffrances. Il n’y a point de protestation de sa part : il constate, il s’adresse à Abraham qui lui répond avec bienveillance : « Tu étais dans les biens du monde, dit Abraham, et lui dans les souffrances. Maintenant, il est bien consolé … ». Le rythme du monde, les jouissances, les plaisirs, n’est pas celui de la VERITE : Abraham, en effet, fait explicitement référence à Moïse et aux Prophètes. « Envoie au moins, Père Abraham, reprend le riche, Lazare avertir mes frères pour qu’ils ne finissent pas comme moi ! » Mais Abraham répond : « Ils ont Moïse et les Prophètes : ils n’écouteraient pas davantage un mort ressuscité »

Nous prolongeons directement – puisque c’est le Christ qui parle : le monde – toujours lui ! – n’écoute pas davantage le Christ ressuscité.

III – Il ne sert à rien, dit l’Apôtre, d’être circoncis ou de ne pas l’être, mais il faut être une nouvelle créature ! (Gal. VI, 15).

QUE LA GRÂCE DU CHRIST NOTRE DIEU DONNE A SES FIDELES DE DEVENIR « UNE NOUVELLE CREATURE ! »

AMIN

.

19-e DIMANCHE après PENTECÔTE

 

Matines : Jean XX, 11-18

Liturgie : Gal.. I, 11-19 ; Luc VII, 11-16

I Cor. IV, 9-16 ; Jean XX, 19-31

 

Au nom du Père du Fils et du Saint-Esprit !

Bien aimés Frères et Sœurs,

 

I – L’Evangile de matines nous place, semble-t-il, quelques instants après la Résurrection. Marie est près du Sépulcre en pleurant. Elle se penche et voit deux anges vêtus de blanc assis l’un à la tête et l’autre aux pieds. Ils disent : « Femme, pourquoi pleures-tu ? » Elle leur dit : « Parce qu’on a enlevé mon Seigneur et je ne sais où on L’a mis ». Et se retournant, elle vit Jésus Lui-même qu’elle ne reconnut pas. Il lui fit la même demande : « Pourquoi pleures-tu ? » Et, Le prenant pour le jardinier, elle Lui dit : « Dis-moi où tu L’as mis et j’irai Le prendre… ». Jésus répond un seul mot : « Marie ! » et, aussitôt elle Lui dit : « Rabbouni ».

Reconnaissance pleine !

Il lui dit : « Ne me touche pas car Je ne suis pas encore monté vers mon Père ».

Ce sont en effet des instants immédiatement consécutifs à la Résurrection, mais Il donne un message pour ses « frères » : à peine ressuscité, Il se manifeste dans Sa permanence de Rédempteur.

Le Sauveur vient au devant de nous : Il est notre Rédempteur et Il nous aime !

II – La péricope de l’Epître aux Galates montre ce que peut avoir d’inouï Son approche. Saül en effet était un Juif fanatique, zélateur de la foi de ses pères, et un des plus redoutables persécuteurs de la Foi du Christ. Or il y eut le « Chemin de Damas » que saint Paul ne décrit pas ici : le Christ, dit-il simplement, lui apparut. Le Christ, ajoute-t-il, qui m’avait choisi dès le ventre de ma mère. La conversion fut instantanée : le persécuteur devient aussitôt un évangélisateur, et sans même aller à Jérusalem voir les autres apôtres, il part évangéliser en Arabie, de là il revint à Damas, et ce n’est que trois ans plus tard, qu’il alla voir Pierre à Jérusalem. Il resta chez lui quinze jours. Il ne vit aucun autre apôtre, sauf Jacques, le frère du Seigneur. Mais, préalablement à leur témoignage, il savait tout par la révélation du Christ Lui-même.

III – L’Evangile de ce jour est celui de la résurrection du fils de la veuve de Naïn.. Plusieurs de Ses disciples étaient avec Lui, ainsi qu’une grande foule. Or, comme ils approchaient de la porte de la ville, il se trouva qu’ils rencontrent un enterrement. En effet, les sépultures étaient alors hors des lieux habités. Il s’agissait de l’enterrement du fils unique d’une veuve. Le Seigneur fut touché de compassion. Il s'approche du cortège, touche le cercueil et les porteurs s’arrêtent : « Ne pleure plus ! », dit le Christ à la veuve.

Et s’adressant au défunt, Il lui dit : « Jeune homme Je te le dis, Lève-toi » !

Aussitôt le mort s’assit et commença à parler et Jésus le rendit à sa mère.

 

AMIN

 

.

13eDIMANCHE après PENTECÔTE

 

Matines : Marc XVI, 1-8

Liturgie :  1 Cor. XVI, 13-24 ; Mat. XXI, 33-42

 

AU NOM DU PÈRE DU FILS ET DU SAINT ESPRIT !

Bien-aimés Frères et Sœurs,

 

L’évangile de ce jour décrit la mauvaise foi et la persévérance dans le mal de mauvais employés. Leur maître leur avait concédé en location – en métairie, dirions-nous plus exactement – la vigne qu’il avait plantée, qu’il avait entourée de barrières, qu’il avait dotée de pressoir, où il avait construit un bâtiment …

La saison des fruits étant proche, le maître envoya des serviteurs pour recevoir la part de production qui lui revenait, puisqu’il s’agissait de métairie.

Mais les vignerons, au lieu de s’acquitter de leur dû, maltraitèrent les serviteurs, les frappant, les chassant, en tuant même …

Le Maître envoya d’autres serviteurs qui furent aussi mal reçus, battus, chassés, lapidés ou tués..

Si bien – vous voyez à la longueur de ces divers épisodes, qu’il s’agit de plus que d’un simple récit ! – si bien que le maître envoya son propre fils en pensant que les employés de la vigne auraient au moins du respect pour le fils du maître. Mais eux se dirent : « C’est l’héritier ! Tuons-le et la vigne sera à nous ! »

C’est ce qu’ils firent : ils tuèrent le fils et héritier et jetèrent son corps hors de la vigne

Retenez cette circonstance : Christ aussi, le Fils Unique de Dieu, a été crucifié hors de la ville.

Vous le comprenez alors, cette parabole est l’évocation de l’histoire du peuple juif. Dieu lui avait attribué cette vigne féconde,c’est-à-dire la Terre Promise, afin qu’ils en retirent les produits comme le peuple élu qu’ils étaient. Mais ils étaient le Peuple Elu, parce qu’ils avaient reçu la première Révélation les mettant à même de rendre à Dieu le culte qui Lui était dû. L’histoire juive colle aux circonstances de la parabole.

Les Juifs furent infidèles : Dieu leur envoya Ses serviteurs –c’est-à-dire les prophètesles uns après les autres. Ils les maltraitèrent, les chassèrent, tuèrent certains d’entre aux, comme Zacharie abattu entre le temple des fidèles et le sanctuaire …

Finalement, Dieu envoya Son Fils Unique et bien-aimé : et ils Le tuèrent en dehors de la ville, comme nous l’avons compris en écoutant cette circonstance de la parabole.

« Que fera donc le Maître à ces vignerons ? » demande le Seigneur. « Il les châtiera, lui est-il répondu et il louera sa vigne à d’autres ».

Vous le comprenez, il s’agit du transfert du sacerdoce divin des Juifs aux « Gentils », c’est-à-dire à nous-mêmes, de la substitution de l’Eglise à la Synagogue.

Mais ici, le Christ notre Dieu rompt avec cette pédagogie de l’explication de la parabole, par l’évocation de cet autre et fondamental passage de l’Ecriture : « N’avez-vous pas lu que la pierre rejetée par les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle »

La pierre d’angle, fondamentale dans la construction de tout bâtiment, c’est Lui, le Christ sur Lequel repose l’Eglise. A l’apôtre Simon, qui à la demande du Seigneur « Que dit-on que je suis », avait répondu : Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant, le Christ  déclare : « Tu es Pierre et sur cette pierre sera fondée Mon Eglise ». C'est à dire : sur cette confession dure comme de la pierre.

Il n’y a pas d’autre fondement quele Christ.

Le Royaume de Dieu sera ôté aux Juifs ; et, précise-t-Il, « quiconque tombera sur cette pierre sera brisé. Le Christ est la pierre de scandale sur laquelle les hommes se diviseront. Il est aussi la pierre de touche, celle du jugement. Le Christ, en effet,  est Celuisur Lequel et par Lequel tout homme sera jugé.

Redoutable enseignement !Nous sommes loin, bien-aimés Frères et Sœurs, du laxisme du monde moderne, du relativisme inhérent à nos mentalités et à cet œcuménisme dont saint Philarète disait, dans son Épître de douleur, qu’il est la « synthèse de toutes les hérésies » … La Vérité, en effet, est Une, comme le Christ est Un.

Soyons tout entiers à Lui, bien-aimés Frères et Sœurs, totalement et sans réticences. 

                                                                                  AMIN

 

 

 

.

4-e DIMANCHE après PENTECÔTE


 Matines : Luc XXIV, 1-12
Liturgie : Rom. VI, 18-23 ; Mat. VIII, 5-13

Philip. II, 5-11 ; Luc X, 38-42,XI, 27-28

 
AU NOM DU PÈRE DU FILS ET DU SAINT-ESPRIT !
Bien-aimés Frères et Sœurs,


En ce Dimanche béni, qui est celui du Centurion, nous percevons face à face les entraves qui pèsent encore sur les plus anciennement convertis, et, en regard, la spontanéité merveilleuse de la Foi chez ceux qui, comme ce Centurion romain, ne connaissaient encore le Christ que par ouï-dire.

ICroyants fondamentaux pourraient-on dire étaient les onze apôtres restants (puisque Judas avait trahi), mais lorsque Marie-Madeleine, Jeanne, Marie mère de Jacques leur rapportèrent ce que les anges leur avaient dit, au Tombeau, sur la Résurrection advenue, sur les raisons de la Passion et de la Résurrection …, ils ne les crurent pas ! De qui, mieux que d’eux aurait-on pu dire qu’ils savaient tout ? Et cependant … Tel est le poids, Frères et Sœurs, des habitudes mentales antérieures !

Quant aux « Romains » –  Juifs ou Grecs convertis – auxquels s’adresse Paul, eux aussi ils avaient adhéré consciemment au Christianisme : mais à quelle lente PÉDAGOGIE est contraint de recourir l’apôtre ! Nous sommes morts au péché, vivant pour Dieu en Jésus-Christ. Que le péché, ajoute-t-il, ne domine pas vos corps, ne donnez pas vos membres à l’injustice … Et encore : soyez à Dieu comme des morts devenus vivants, que vos membres soient les instruments de la justice de Dieu et ainsi de suite …

Comme le savent tous les maîtres d’école la répétition est la mère de l’enseignement : povtorenie … Nécessaire pesanteur de l’apostolat …

IILumineuse et rafraîchissante spontanéité, au contraire, de la foi du Centurion ! Celui-ci n’était pas Juif, il était un militaire de l’armée d’occupation du conquérant romain … Mais comme souvent les « coloniaux », il savait la langue des indigènes – l’araméen – et, son serviteur étant gravement malade, paralysé, et souffrant beaucoup il vient spontanément demander le secours de Jésus. Jésus lui répond aussitôt : « Je viens le guérir ! ». Le centurion réplique cette parole d’humilité qui est passée dans l’église chrétienne : « Seigneur, je ne suis pas digne que tu viennes dans ma maison : mais dis seulement une parole et mon serviteur – mon âme, disons-nous – sera guéri ! »

Tout naturellement, le Centurion explicite les raisons de sa confiance absolue. J’ai des chefs et j’ai des subordonnés. Quand je dis à l’un deux : « Va ! » il va ; quand je dis à autre : « viens ! » Il vient. Je dis à mon serviteur : « fais ceci ! » et il le fait. C’est la discipline, militaire en l’occurrence.

Le Seigneur entendit, il fut étonné et il dit à ceux qui l’accompagnaient : « Jamais Je n’ai trouvé une telle foi en Israël ! ». Il poursuit en annonçant : « Beaucoup viendront de l’Orient ou de l’Occident – c’est l’expansion universelle du Christianisme – et ils entreront avec Abraham, Isaac et Jacob dans le royaume des cieux ! ». Et les fils non convertis du Royaume « seront jetés dans les ténèbres extérieures où il y aura des pleurs et des grincements de dents » … Il répond alors au centurion : « Va, et qu’il soit fait selon ta foi » ! Et, dans l’instant, son serviteur fut guéri.

N’hésitons pas, dans nos malheurs et nos tribulations, à recourir, avec une confiance totale, au Christ notre Dieu ! Que l’humilité et la foi du Centurion soient dans nos cœurs !

IIIC’est aujourd’hui une fête mariale, la rencontre de l’icône de Vladimir.

L’Epître est ce passage de la Lettre aux Philippiens qui souligne l’humilité du Christ qui étant « l’égal de Dieu » s’est anéanti jusqu’à se faire homme, et à souffert la mort – et quelle mort, la mort sur la croix ! – et a été exalté au dessus de tout autre nom, « afin qu’au nom de Jésus tous fléchissent le genou, sur la terre et dans les cieux ».

L’Evangile de ce jour est ce passage qui met en relief l’élection de Marie, sœur de Marhe : Marie a choisi la meilleure part … L’Evangile se poursuit par cette exclamation d’une simple femme : « Heureuse les flancs qui t’ont porté et les mamelles qui t’ont allaité » … Mais Jésus  répond : « Dites plutôt : Heureux ceux qui reçoivent la parole de Dieu et qui la gardent ! »

Instruits par l’exemple du Centurion, sachons garder toujours la Parole de Dieu !

Amen

 

 


 

.

 

3-e DIMANCHE après PENTECÔTE


Matines : MarcXVI, 9-20
Liturgie : Rom. V, 1-10 ; Matt. VI, 22-33



AU NOM DU PÈRE DU FILS ET DU SAINT ESPRIT !
Bien-aimés Frères et Sœurs,


I – Dirigés par la Foi, commence le saint apôtre Paul, nous sommes dans la paix, par la Grâce de Jésus-Christ. Nous nous félicitons, poursuit-il, même dans les afflictions. Allant au devant de notre surprise, il explique : de ce qui nous est infligé, procède la patience.

De la patience, procède la sage expérience – iskustvo –, le juste discernement. De cette juste expérience acquise, procède l’espérance. Là aussi, Frères et Sœurs, le bon sens a sa place ; il ne s’agit pas de s’imaginer qu’on est les plus malheureux des hommes, ni non plus d’espérer n’importe quoi : Non, nous évaluons de manière équilibrée notre affliction et nous espérons en conséquence.

Mais cette sage espérance explique l’apôtre, ne se trompe pas CAR DIEU EST DANS NOS CŒURS par le Saint-Esprit : nous sommes tout de suite, en effet, après la Pentecôte, et dans la lignée bénie de tous les saints … que nous venons de célébrer dans les deux dimanches précédents.

Or quelle est la raison suprême de cette espérance ? Christ est mort pour nous quand nous étions pécheurs. A plus forte raison serons-nous sauvés par Son Sang maintenant que nous sommes dans la Grâce.

II – L’évangile commence par une considération sur l’œil – souvenez-vous du juste discernement de tout à l’heure –, l’œil qui est la lumière du corps et le Christ poursuit en disant qu’on ne peut pas servir deux maîtres : ou bien on aimera l’un et on méprisera l’autre ou le contraire, on ne peut pas servir DIEU ET MAMMON – Mammon, c’est-à-dire la richesse.

L’application suit immédiatement, « au ras des pâquerettes », c’est-à-dire au niveau de notre mentalité de tous les jours : Ne vous préoccupez pas des besoins du corps, la nourriture, la boisson, le vêtement, les éléments constitutifs en somme de notre « train de vie » et de la banalité de nos préoccupations quotidiennes … C’est pourtant bien nécessaires, aurait-on tendance à dire : il faut manger tous les jours, il faut s’habiller, se loger …

Le Christ écarte d’un revers de main ces préoccupations dont nous faisons le centre de nos mentalités – et nous ajouterions, dans la foulée, la voiture, les vacances, les divertissements … Tout cela, c’est, vous le comprenez, bien-aimés Frères et Sœurs, MAMMON, c’est-à-dire les biens matériels que nous divinisons – c’est-à-dire que nous les faisons passez avant tout !

Regardez les oiseaux du ciel : ils ne plantent ni ne sèment, ils ne filent ni ne tissent …

Regardez le lys des champs dont la parure est plus belle que celle de Salomon dans toute sa gloire ! … Ce sont les « païens », ajoute le Christ, qui se préoccupent de ces choses. Les « païens », c’est-à-dire les matérialistes qui nous entourent.

Mais voici le juste discernement, la sage espérance dont il était question tout à l’heure. Votre Père qui est aux cieux s3° D.ait de quoi vous avez besoin. VOUS, cherchez plutôt PREMIÈREMENT le ROYAUME DE DIEU ! Tout le reste vous sera donné par surcroît. Ce n’est pas, vous le comprenez, qu’il ne faille pas s’occuper des besoins matériels, de sa famille, de ses enfants. Il faut s’en préoccuper, mais avec justesse et en mettant par-dessus tout DIEU, et le service de Dieu.

III – Le troisième évangile de la Résurrection, celui qui était lu hier soir, dit les miracles qui accompagneront les évangélisateurs : ils chasseront les démons, ils parleront de nouvelles langues, ils chasseront les serpents, les poisons ne leur feront pas de mal, ils guériront les malades. Tout cela, en somme, c’est ce que Dieu nous donne « par surcroît ». Mais ce qui est fondamental, c’est le service de Dieu : « Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé, celui qui ne croira pas sera condamné ».

Que le Christ notre Dieu nous donne de le servir toujours et de l’aimer par-dessus tout !

AMIN

 

.