Dimanche du démoniaque Gadarénien

Luc 8, 26-39

 

« L’homme de qui étaient sortis les démons Lui demandait la permission de rester avec Lui », mais Jésus le renvoya en disant : « Retourne dans ta maison et dis ce que Dieu t’a fait. Il s’en alla et publia par toute la ville tout ce que Jésus avait fait pour lui ».

C’est sur ces mots, chers frères et sœurs que s’achève l’Évangile d’aujourd’hui. Le Seigneur demande à celui qui a été guéri de raconter à la toute la population des Gadaréniens le mystère de sa guérison. Et c’est ce qu’il fit, toutefois l’Évangile ne nous rapporte pas ses propos. Mais nous pouvons parfaitement imaginer ce qu’il a pu dire et ce qu’il a très certainement dit : « Vous, Gadaréniens, vous me connaissez depuis mon enfance. Je suis né parmi vous dans ce pays où règne l’iniquité et vous avez vu ce qui est arrivé. Vous ne viviez pas selon la loi que le Seigneur vous avait donnée, mais vous viviez selon votre iniquité. Courant après la richesse et le confort, vous n’hésitiez pas à pratiquer des activités pécheresses, qui ne sauraient être bénies par le Seigneur. Vous éleviez des porcs, vous en aviez des troupeaux entiers et pourtant, selon la loi, ce sont des animaux impurs. Et le Seigneur vous a punis vous livrant au pouvoir des démons. Et par la providence divine toute cette force démoniaque s’est installée en moi seul. En quelque sorte, je portais tout le poids de votre châtiment. D’homme je me suis transformé en animal. Je ne pouvais plus vivre dans des maisons, j’habitais dans une grotte, dans le désert, là où l’on enterrait les morts. Vous me mettiez des chaînes et je les déchirais. En moi, il n’y avait pas qu’un seul démon, il y en avait tout une légion, ainsi que vous avez pu le voir lorsque Celui qui m’en a délivré a permis à ces démons d’entrer dans votre troupeau de porcs qui s’est précipité de la falaise dans le lac, où ils se sont tous noyés. Maintenant vous pouvez comprendre pourquoi je vous causais autant de mal et de soucis. Voilà pourquoi je vous haïssais avec tant de hargne, je vous tourmentais et voulais vous détruire. Et maintenant cette force démoniaque est sortie de moi et je vous prie de me pardonner, maintenant je vous aime comme un frère. Je veux être votre concitoyen. Combien je suis reconnaissant à Celui qui m’a libéré, – Luimon Sauveur, Il est mon Dieu ! Et je vous appelle tous à aller vers Lui ! Vous tous, qui aujourd’hui versez des larmes – allez vers Lui. Il essuiera vos larmes. Il vous accordera ce qu’aucune richesse de ce monde ne peut vous donner ».

Voilà ce que devait dire aux Gadaréniens cet ancien possédé. Et il pourrait nous dire, à nous, la même chose. Et cela ne devrait pas nous étonner, car le même mal règne aujourd’hui autour de nous. Chaque article de journal nous rapporte des horreurs telles qu’il n’est pas possible de les expliquer sans admettre qu’elles puissent avoir lieu sans la présence d’une force maligne. Et dans cet environnement de cauchemar, on peut entendre la voix de cet homme guéri par le Christ : « En mon âme règnent la paix et le silence. Ils m’ont été donnés par le Christ. Il vous accordera la même chose. Allez vers Lui sans tarder. Mon cœur est empli de componction ». Mais notre esprit sceptique interroge : « Est-ce bien ainsi ? Admettons-le, mais cet état de componction durera-t-il ? ». Et la réponse nous l’avons dans la lecture de l’épître de ce jour, où l’apôtre nous dit : « Mais Dieu, qui est riche en miséricorde, à cause du grand amour dont Il nous a aimés, nous qui étions morts par nos offenses, nous a rendu à la vie avec le Christ. Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu » /Eph. 2, 4-10/.

Ces promesses nous sont données dans le saint Évangile. Nous y voyons également ce que nous devons faire pour les obtenir. Recevons-les avec foi, accomplissons tout ce qui nous est demandé et nous obtiendrons alors la même Grâce, la même paix, la même joie – nous obtiendrons tout ce que ce démoniaque guéri par le Christ a reçu. Alors, ces Paroles du Christ se rapporteront également à nous : « Retourne dans ta maison, et raconte tout ce que Dieu t’a fait ». Amen

Archevêque ANDRÉ /Rymarenko/

 

Неделя о Гадаринском бесноватом

 

«Человек же, из которого вышли бесы, просил Его, чтобы быть с Ним». Но Иисус отпустил его и сказал: «Возвратись в дом твой и расскажи, что сотворил тебе Бог. Он пошел и проповедовал по всему городу, что сотворил ему Иисус».

Так, братья и сестры, заканчивается сегодняшнее благовествование Евангельское, где, как вы слышали, Господь говорит, чтобы исцеленный раскрыл эту тайну его исцеления перед всем народом Гадаринским. Так он и сделал. Евангелие не говорит нам, как он повествовал о том, что с ним произошло. Но по смыслу всего этого повествования Евангельского мы вполне можем себе представить, как он должен был сказать и что он, наверное, и сказал. Он должен был так сказать: «Вы Гадаринцы, знаете меня с самого детства. Я родился среди вас и рос среди вас, среди вашей гадаринской страны, страны беззаконной. Вы видели, что случилось. Ведь вы жили не по закону, который открыл вам Господь, а по вашему беззаконию. Вы, желая богатства и комфорта, занимались греховным промыслом, который не благословлен Господом. Вы разводили свиней, имели целые стада их, а ведь они, по закону, являются нечистыми животными. И Господь наказал вас и предал вас во власть бесовскую. И по непостижимому для нас промыслу Божию, вся эта сила бесовская вселилась в меня одного. Я как бы нес всю вашу кару. Я превратился из человека в зверя. Я не мог жить в домах. Я жил в пустынном месте, в пещере, где хоронили умерших. Вы сковывали меня цепями, и я разрывал их. Во мне был не один бес, а целый легион бесов, как вы реально увидели это, когда Тот, Кто меня исцелил, позволил бесам войти в ваше стадо свиное, и оно бросилось с крутизны в озеро и потонуло. Да, теперь вы реально можете себе представить почему я вам причинил столько зла и беспокойства. Во мне была страшная сила. Бесы завладели всеми моими человеческими страстями и довели их до чудовищного состояния. Вот почему я так дико вас ненавидел, желал вас мучить, уничтожить. И вот теперь эта сила вышла из меня. Я прошу вас простить меня, я теперь люблю вас как брат. Я хочу быть вашим согражданином. И как я благодарен Тому, Кто освободил меня, —Он – Мой Спаситель, Он мой Бог! И вас всех зову к Нему. Всё, что вы ищете: покой, счастье, радость, – все вы найдете в Нем. Все вы, кто слезы льет, – идите к Нему. Он утрет ваши слезы. Он даст вам то, что никакое земное богатство не сможет вам дать.

Вот, что говорил Гадаринцам бывший бесноватый. То же он мог бы сказать и нам. И мы бы не удивились. Ведь и ныне происходит то же самое. Ведь каждая наша газета повествует нам о таких ужасах, которые никто не может объяснить без участия в этих ужасах злой силы. И на фоне этого кошмара так и слышится нам голос этого исцеленного Христом человека: «У меня на душе мир и тишина. Это мне даровал Христос. Он и вам это даст. Спешите к Нему. Мое сердце полно умиления.» А наш скептический ум спросит: «Так ли это? А если и так, то надолго ли хватит этого умиления» ? И тут нам дается ответ в сегодняшнем Апостольском чтении: «Бог, богатый милостью, по Своей великой любви, которою возлюбил нас, и нас, мертвых по преступлении, оживотворил со Христом. Ибо благодатью вы спасены через веру, и сие не от вас, – Божий Дар». – В этих словах Апостола для нас целое откровение. Мы слышали о страданиях бесноватого и как Благодать Божия избавила его от них. Эта же Благодать может сделать то же самое и для нас. А Благодать дается через веру.

Вот нам в Святом Евангелии даны обещания. А также указано, что надо сделать, чтобы их получить. Примем же их с верою, совершим все указанное в нашей жизни и получим ту же Благодать, тот же мир, ту же радость, получим все то, что получил исцеленный Христом бесноватый. Тогда и к нам отнесутся Слова Христа: «Иди в дом твой и поведай, что сотворил с тобою Господь».

Архиепископ АНДРЕЙ /Рымаренко/

 

Parabole du riche et de Lazare

 

Toute personne qui lit le saint Évangile sait que notre Seigneur Jésus-Christ a dit à ceux qui L’écoutaient « qu’il est difficile à un riche d’entrer dans le Royaume de Dieu ». Il n’a dit cela que du riche et de personne d’autre. Et nous pouvons voir en lisant l’Evangile nombre d’exemples montrant combien cela est difficile. Nous le voyons notamment dans cette parabole du riche et de Lazare. Nous y voyons un riche qui ne vivait que pour son plaisir : il possédait cette richesse, l’utilisait sans compter, mais vivait uniquement pour lui-même, selon son bon vouloir. Nulle part il n’est dit qu’il commettait quelques péchés particulièrement lourds : il n’a ni tué, ni volé personne. Cependant la parabole nous dit que sa fin fut terrible, car après sa mort il s’est retrouvé dans les tourments de l’enfer.

Ainsi, nous lisons que cet homme riche avait amassé une bonne récolte et se demandait : que vais-je faire ? Je n’ai pas où la ranger. Il avait amassé tellement de blé que ses granges, ses débarras, ses greniers ne suffisaient pas à engranger cette récolte. Pour l’instant, il n’y a là aucun mal, ce ne sont que des réflexions et des soucis d’ordre purement domestique pour lesquels on ne peut rien lui reprocher. Et il ajoute : « Voici ce que je ferai. J’abattrai mes greniers et j’en bâtirai de plus grands et j’y amasserai toute ma récolte, tous mes biens ». Il n’y a toujours là rien de répréhensible. C’est la sagesse même. Ce propriétaire dit ce qu’il est utile de faire afin que sa richesse, sa récolte ne viennent à périr, comment et où la conserver – il n’y a toujours là rien de mal.

Mais plus loin nous lisons qu’il envisage de se construire des greniers et des granges plus grands afin d’y amasser toute sa récolte. « Et je dirai à mon âme : mon âme, tu as beaucoup de biens en réserve pour de nombreuses années – repose-toi, mange, bois et réjouis-toi ». Et là nous voyons que lorsqu’il a été gratifié par le Seigneur d’une telle richesse, pas un instant il n’a pensé au fait qu’il y avait des gens qui pouvaient être dans le besoin, avoir faim. Une telle idée ne lui était même pas venue à l’esprit et il dit à son âme  - nous allons maintenant pouvoir vivre pour notre plaisir ! Autrement dit, nous avons affaire à un parfait égoïste et nous voyons l’issue terrible qui s’ensuivit : avec toutes ses richesses il s’est effondré dans l’abîme infernal selon la parole de Dieu : « Insensé ! Cette nuit-même ton âme te sera redemandée, et ce que tu as préparé, pour qui cela sera-t-il ? ». Et cette issue est tellement évidente et terrible que le Seigneur ne donne aucune explication supplémentaire, ajoutant seulement : « Il en est ainsi de celui qui amasse des trésors pour lui-même, et qui n’est pas riche en Dieu ».

Cette leçon évangélique est pour chacun d’entre nous. Il est peu de personnes sur cette terre qui ne seraient heureuses de se voir offrir une grande richesse, mais dès lors que celle-ci leur tombe dans les mains, aussitôt les assaillent les tentations qui ont faire dire au Seigneur qu’il était difficile à un riche d’entrer dans le Royaume.

Mais il est un autre type de richesse, la richesse spirituelle, que personne ne peut nous enlever. Combien d’enseignements édifiants nous donne l’Église, que ce soit dans ses textes liturgiques ou dans ses enseignements ! Nous avons là l’exemple de ce malheureux richard qui s’était tellement enrichi qu’il en avait oublié d’en remercier Dieu, avait oublié de penser aux pauvres et nécessiteux et, pour toutes ces raisons, eut une fin terrible. Mais prenons exemple sur les saints de Dieu qui refusèrent toute forme de richesses terrestres et de notabilité ; qui refusèrent tout et sacrifièrent tout par amour pour le Christ ! Ce sont ces exemples qui devraient être une édification pour nous sur la façon dont nous devons amasser la richesse spirituelle et comment nous devons nous comporter pour être d’authentiques chrétiens, toujours prêts, si l’occasion se présente, à rester fidèles même jusqu’à la mort, car ainsi que le Seigneur le dit dans l’Apocalypse : «  Sois fidèle jusqu’à la mort, et je te donnerai la couronne de vie ». Amen

 

Saint Métropolite PHILARÈTE

 

Притча о богатом и Лазаре

 

Кто читает Евангелие, знает, что Господь Иисус Христос сказал тем, кто Его слушал : «Трудно богатому войти в Царствие Божие». Ни о ком другом Он этого не сказал, а именно о богатом. В Евангелии мы с вами находим и примеры того, как это трудно. Мы знаем притчу о Богатом и Лазаре. Там говорится, что богатый человек жил в свое удовольствие : обладая богатством, он им пользовался в самых широких размерах, для себя жил, как ему хотелось. Не сказано там, что он творил какие-то страшные, тяжкие грехи : никого не убил, не ограбил. Однако же, притча эта говорит, что конец был страшный, потому что после своей смерти он оказался в адских мучениях.

Итак, Господь сказал, что у одного человека богатого был урожай хороший, и вот он стал размышлять : «Что мне делать? Мне некуда собрать мой урожай» ! Такой он был большой, так много хлеба у него уродилось, что его амбары, кладовые, житницы, не вмещали этого урожая. Пока здесь нет ничего плохого, когда он так думает : это чисто хозяйственные заботы, в которых его не за что упрекнуть. Он дальше говорит : «Вот, что я сделаю. Я мои житницы разломаю совсем, а вместо них построю более большие и в них соберу все богатство мое, весь этот урожай». И пока все еще ничего плохого нет. Это благоразумно; хозяин говорит о том, что нужно сделать, чтобы не погибло такое богатство, чтобы не погиб такой урожай, а чтобы хранить его там, где нужно – ничего плохого здесь еще нет.

Но вот дальше мы в Евангелии читаем и слышим, как он сказал, что построю себе эти большие амбары и кладовые, соберу туда мой урожай : «И я скажу себе : душа моя, много ты имеешь богатства, на много лет тебе хватит – почивай, ешь, пей, веселись» ! Вот тут мы с вами и видим, что когда Господь ему дал такое богатство, такой урожай, он и не подумал о том, что есть люди, у которых не только нет такого урожая, но которые голодают. Ему и в голову такая мысль не пришла, он своей душе говорит : «Вот мы теперь с тобой будем в свое удовольствие жить !» Т.е. перед нами – совершенно законченный эгоист ! И вот страшный конец – со всем своим урожаем он тоже рухнул в адскую бездну, потому что Бог ему сказал : «Безумец, в эту ночь твою душу у тебя истяжут , – т.е. немилостиво вырвут – конец тебе пришел, а то, что ты заготовляешь, кому достанется» ? Так ясен и так страшен этот конец, что Господь никаких объяснений больше и не прибавил, а только добавил : «Так бывает со всяким, кто собирает для себя, а не в Бога богатеет» !

Это урок евангельский каждому из нас. Вряд ли много найдется на свете людей, которые не рады были бы, если бы к ним пришло богатство ! Но вот тут-то сразу, как только богатство в руки человеку приходит, вместе с ним и приходят те соблазны, из-за которых Господь и сказал, что именно «трудно богатому войти в Царствие Божие» .

Бывает другое богатство, богатство духовное, которое у человека никто не может отнять. Как много назиданий, братие, дает нам Церковь: в своих богослужениях, в своих наставлениях ! Вот и пример этого несчастного богача, который так обогатился, не поблагодарив Бога за богатый дар урожая, не подумав о ближних своих, которые нуждаются, и из-за этого так страшно погиб. А возьмём примеры святых угодников Божиих, которые отказывались и от богатства земного и от знатности – от всего !, принося всё это в жертву Возлюбленному Жениху Христу. Вот эти примеры должны быть для нас назиданием о том, как нужно собирать духовное богатство и как нужно быть христианином, готовым всегда, если нужно, быть верным, даже до смерти, ибо как говорит Господь в Апокалипсисе : «Будь верен даже до смерти, и дам тебе венец жизни» ! Аминь.

 

Святой Митрополитъ ФИЛАРЕТЪ

 

 

Parabole du SemeurLuc VIII, 5-15

 

Nous avons entendu la parabole du Seigneur sur le semeur. Tout le monde la connaît. Le semeur est sorti semer et sa semence est tombée en divers endroits, mais seulement celle qui est tombée dans de la bonne terre a donné un bon fruit. Certaines sont tombées au bord du chemin et des oiseaux sont arrivés, les ont picorées et tout a disparu. Il en est ainsi de ceux qui sont spirituellement négligents. Ils peuvent entendre une parole de vérité, mais il leur arrive selon ce que dit le proverbe : c’est entré par une oreille, sorti par l’autre et rien n’est resté dans la tête.

Une autre semence est tombée sur une terre caillouteuse couverte d’une fine couche de terre. Et voilà que la semence a germé, mais n’a pas eu le temps de donner un fruit, le soleil a desséché la fine couche de terre qui recouvrait les pierres, et la semence a séché sans porter de fruit. C’est le cas de ceux qui sont inconstants, qui dans un premier temps sont prêts à accepter la parole de vérité, vivre en bons chrétiens, mais à peine se heurtent-ils à des désagréments, des peines, et alors qu’il leur faudrait manifester qu’ils sont de bons chrétiens orthodoxes, ils reculent et abandonnent la vie chrétienne qu’ils menaient et, de même que les autres, ils ne portent pas de fruit.

Une autre semence est tombée dans les mauvaises herbes et les ronces. Elle a germé et aurait pu donner un fruit, mais les mauvaises herbes l’étouffèrent. C’est le cas de ceux qui acceptent la parole de vérité, leur âme tend vers elle, ils commencent à vivre une vie chrétienne, mais la vanité du monde, tous les soucis d’ici-bas et notamment l’appât de la richesse finissent par étouffer ce bon fruit. La vanité des biens terrestres et les péchés ont étouffé le bon fruit.

Mais voici enfin la semence qui tombe dans de la bonne terre, donne une pousse qui se développe et porte un bon fruit. Dans sa vie spirituelle tout homme peut connaître divers niveaux qui toutefois tous peuvent donner un bon fruit. Et ayant dit cela, le Seigneur appela ses disciples à réfléchir à ce qu’ils avaient entendu : «  Celui qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende ! » . 

La bonne semence est toujours semée. Le Seigneur en personne est le premier Semeur, puis il y eut Ses apôtres, puis leurs successeurs les évêques et les prêtres. Cette bonne semence est semée jusqu’à aujourd’hui. Mais il faut se souvenir ici d’une autre parabole dans laquelle il est dit que le maître a ensemencé son champ d’une bonne semence, mais que son ennemi est venu de nuit semer de l’ivraie parmi le blé, une semence nuisible.

Et c’est précisément aujourd’hui le champ de notre vie : la bonne graine est semée, mais combien de mauvaises graines sont semées aujourd’hui ! Et ces mauvaises graines, telles des ronces, peuvent totalement étouffer les bonnes semences. C’est pourquoi – gardez précieusement la Parole du Seigneur lorsque vous l’entendez ou la lisez, recevez-la pieusement dans votre âme et souvenez-vous qu’il faut non seulement la recevoir, mais la réaliser dans votre vie.

L’Evangile ne doit pas être un livre rangé dans l’armoire ou posé sur la table où il se couvre de poussière, ce doit être le Livre de Vie de tout chrétien. C’est pourquoi seul celui qui écoute et lit la Parole de Dieu est réellement un chrétien authentique. Sachez qu’avant d’achever Sa vie sur terre le Seigneur a dit que cette Parole, elle est dans l’Evangile. Et si un homme n’a jamais ouvert le Livre des Evangiles, la discussion sera très brève avec lui lors du Jugement Dernier. Souvenez-vous en, lisez le Saint Evangile et essayez de diriger votre vie selon l’Evangile. Amen.

 

Saint Métropolite PHILARÈTE

 

Saint et Juste JEAN de Kronstadt

 

Lorsque nous étudions la vie de saint Jean de Kronstadt, nous constatons qu’il a commencé sa vie de prêtre de la même façon que beaucoup d’autres prêtres. Il était né dans une famille pauvre d’un modeste chantre, avait connu la pauvreté, le besoin avant de recevoir la prêtrise. Mais il y a une énigme ; comment, ayant commencé sa vie comme tant d’autres prêtres, est-il devenu ce géant spirituel, comme il y en a peu, non seulement en Russie, mais dans toute l’Église Universelle ?

Il faut encore se souvenir combien son ascèse était ardue. Nos plus grands saints, comme saint Serge ou saint Séraphim et d’autres, se retiraient du bruit et de la vanité de ce monde, alors que tout le labeur pastoral de saint Jean s’est déroulé au milieu des masses humaines.

Mais il a lui-même donné l’explication à cette énigme. Ayant commencé son périple pastoral comme l’un des simples prêtres de la cathédrale de Kronstadt, il a tendu toute son attention et toutes ses forces à ce que nous appelons « l’homme intérieur ». Il dira lui-même par la suite qu’il avait décidé fermement, dès son premier jour de prêtrise, de se surveiller, de se contrôler en permanence. Ainsi, il s’efforçait de réprimer tous les désirs pécheurs, toutes les inclinaisons vers le péché dès qu’elles affleuraient son âme.

Nous voyons là combien il est différent de nous, grands pécheurs. Combien de péchés et de séductions nichent dans notre âme pécheresse !… Combien faibles et impuissants sommes-nous lorsqu’il nous faut vaincre le péché, parce que nous avons tardé à entrer en lutte contre lui, car lorsque le péché a déjà pris possession de notre âme, il est alors plus que difficile de le vaincre et de le chasser de son âme. Quant à saint Jean, dès lors qu’il remarquait en soi une insinuation pécheresse, car cela lui arrivait aussi, il était un homme comme nous, il l’arrêtait immédiatement et entamait une lutte sévère contre notre ennemi, le Séducteur, qui, comprenant qu’il avait affaire à un serviteur de l’Église tout à fait exceptionnel, se mettait à l’assaillir de façon telle que les gens pouvaient le voir. Un des prêtres qui avait souvent célébré avec le père Jean dans sa jeunesse témoignait : « Que de fois ai-je vu comment l’ennemi tentait d’enchaîner le père Jean durant la célébration ; son visage alors s’assombrissait, il s’arrêtait, se tenait immobile et l’on voyait qu’en son for intérieur une lutte terrible se déroulait. Il invoquait alors le Nom du Seigneur et il s’illuminait entièrement, joyeusement et avec entrain, baigné de grâce divine, reprenait la célébration ». Menant un tel combat contre ses inclinations pécheresses, contre l’ennemi de notre salut, le père Jean rapidement se mit à grandir spirituellement.

Et à un certain moment il se transforma en thaumaturge, d’abord de Kronstadt, puis de toute la Russie. Nous savons combien sa célébrité a franchi les frontières de la Russie, parce que de tous les coins de notre monde s’élevaient vers lui des demandes pour qu’il prie, de sa prière puissante et audacieuse, auprès du trône de notre Seigneur de Gloire. Nous avons eu en Russie beaucoup de grands saints qui accomplissaient de très nombreux miracles, mais un tel océan de miracles, dont on ne saurait en calculer le nombre et qui accompagnaient saint Jean dans la seconde moitié de sa vie pastorale, nous n’en avons jamais eu de pareil. Ce n’est pas pour rien que ses enfants spirituels et tous ceux qui le vénéraient, disaient que cela leur rappelait les temps évangéliques. Tout comme les miracles fleurissaient autour du Christ, de même un flot incessant de miracles entourait Son fidèle serviteur.

Voilà quel homme de prière et thaumaturge, le Seigneur a envoyé au peuple russe à la veille des temps difficiles qu’il allait endurer. Le père Jean avertissait, sonnait l’alarme. Dans ses sermons des dernières années il le répétait sans cesse. Il disait : « Peuple russe, préserve ton bon et pieux Tsar. Si tu parviens à le garder, la Russie restera pour de longues années encore puissante et glorieuse pour le plus grand bonheur de ses amis et la crainte de ses ennemis. Et si tu ne le préserves pas, on tuera ton Tsar ainsi que la Russie, et toi tu connaîtras le déshonneur et on ira jusqu’à te priver de ton nom » !

De quelle terrible façon s’est réalisée sa prédiction… Le peuple russe n’a pas voulu écouter ce grand prophète que le Seigneur lui avait envoyé et sur la Russie se sont abattus des maux terribles qui durent jusqu’à présent. Mais nous avons foi en notre grand saint qui intercède pour nous par sa prière. Le saint père Jean n’a jamais refusé sa prière pastorale à qui la demandait lorsqu’il était sur terre. Maintenant qu’il est près du trône terrible du Seigneur de Gloire, qu’il se tient dans Sa Gloire avec les autres grands saints de Dieu, nous savons avec assurance qu’il ne nous oublie pas et qu’il n’oublie pas notre malheureuse Patrie, et qu’il élève là-haut ses prières ardentes. Que par ses saintes prières le Seigneur envoie à notre peuple épuisé par tant de tourments, la libération espérée de tous ses malheurs et du joug des sans-Dieu. Amen

Saint Métropolite PHILARÈTE

Aimez vos ennemis /Luc 6, 31-36/

19° Dimanche après Pentecôte

Depuis la Parabole des Talents /Mt 25, 14-30/ qui est lue le 16° Dimanche après Pentecôte, les lectures successives des Évangiles dominicaux nous montrent combien le talent, cette force qui nous est donnée par le Seigneur pour que nous puissions réaliser Son commandement d’Amour envers Dieu et notre prochain, se réalise dans différentes manifestations chrétiennes de l’âme humaine. Le Dimanche de la Cananéenne, ce talent s’est manifesté par une profonde humilité ; le Dimanche de la Pêche miraculeuse par l’obéissance à la Parole de Dieu et dans une foi inébranlable. Et dans l’Épître /IICor 11, 31-12, 9/ et l’Évangile de ce Dimanche c’est dans la grande sérénité avec laquelle on accueille les chagrins et la douleur, et tout spécialement dans la joie ineffable que l’on éprouve en pratiquant la charité et l’amour envers nos ennemis. Car en effet, dans une compréhension purement humaine ce fait est antinaturel, mais par la force du talent qui nous est donné par le Seigneur il devient possible et même joyeux. Et l’extrait de l’Évangile de Luc que nous avons entendu nous dresse un tableau très net de ce que doit être un chrétien.

Si nous voulons être fils et filles du Dieu Vivant, de Celui que nous appelons Père, si nous voulons authentiquement être Ses enfants, nous devons apprendre de Lui comment accomplir ce qui est sans doute le plus difficile pour l’homme et qui est de ... donner. Donner sans rien attendre en retour, donner de la surabondance de notre cœur et de notre amour.

Le trait caractéristique de tous les saints et de tous les chrétiens authentiques c’est qu’ils sont capables de s’oublier eux-mêmes et de se dire à eux-mêmes : éloigne-toi de mon chemin car tu m’empêches de voir le monde que Dieu a fait, tu me caches Dieu Lui-même ainsi que mon prochain. Nous devons apprendre à nous oublier, non seulement un temps, mais devenir totalement oublieux de nous-mêmes, tournés vers Dieu, le monde et les hommes et être capables de donner tout comme Dieu donne. Donner du simple fait qu’en notre cœur règne l’amour, donner sans se soucier de soi un seul instant, ni quand tu donnes, ni quand tu fais le bien, sans jamais attendre un sourire de remerciement ou quelque don en retour … Si nous n’avons pas encore appris ne serait-ce que dans une certaine mesure à nous comporter ainsi, c’est que nous n’avons pas encore commencé à être chrétiens.

Et en effet, qui parmi nous peut se vanter de ne s’adresser à Dieu que par amour, et non uniquement quand nous avons besoin de quelque chose, ou lorsque nous L’implorons quand avec honte nous prenons conscience de notre vie ? Qui parmi nous peut dire qu’il donne toujours et à chacun, d’un cœur ouvert et dans la joie, dans l’espoir que celui qui reçoit ne se sentira pas diminué de recevoir, n’en sera pas blessé, humilié d’être un pauvre, un indigent qui tôt ou tard sera tenu de rendre ce qu’il a reçu ?

Il faut apprendre à donner de façon telle que celui qui reçoit reçoive dans la joie, qu’il s’agisse d’une bonne parole ou d’une aide matérielle, et qu’ainsi s’ouvre une nouvelle dimension relationnelle, une nouvelle dimension d’amour entre les hommes.

Arrêtons-nous un instant et réalisons que nous n’avons pas encore entamé le chemin qui fera de nous des chrétiens véritables. Cette prise de conscience amènera peut-être certains à changer de vie. Souvenons-nous : Dieu donne sans compter, gratuitement, sans rien attendre en retour. Et se peut-il qu’il ne se trouve en nous suffisamment de gratitude pour que nous ne sachions Lui répondre de ce même amour que celui qu’Il répand sur tous ceux qui Lui sont chers ?

Si nous nous efforçons d’accomplir ce que l’Église par les paroles de l’Evangile nous donne, alors s’ouvrira pour nous cette Lumière divine du Christ qui nous donnera la force de supporter toutes les difficultés de la vie terrestre et de trouver le repos dans la vie éternelle avec le Christ. Amen

 

Любите врагов ваших /Лука 6, 31-36/

19-ая Неделя по Пятидесятнице

 

Начиная с Недели о Талантах /Мф 25, 14-30/, воскресные Евангельские чтения показывают нам, как талант, – эта сила, данная каждому из нас от Господа для исполнения Его заповеди о Любви к Богу и к ближнему, выявляла себя в разных христианских свойствах человеческой души. В Неделю о Хананеянке– в глубоком смирении, в Неделю о Чудесном улове рыбы – в послушании Слову Божию, в непоколебимой вере. А вот в Апостоле /II Кор. 11, 31-12, 9/ и в Евангельском чтении сегодняшнего воскресенья – в великом терпении в скорбях, а особенно в той неизреченной радости, которая сокрыта в милосердии и любви к врагам. Ведь последнее, по человечески, является противоестественным, но силою таланта Господня, – становится возможным, радостным, прекрасным. Сегодняшний отрывок из шестой главы Евангелия от Луки дает нам такую четкую картину, чем должен быть христианин.

Если мы хотим быть сыновьями, дочерьми Бога Живого, Того, Кого мы называем Отцом, если мы хотим быть подлинно Его детьми, мы должны от Него научиться сáмому, может быть, трудному, что есть для человека: давать... Давать, не ожидая ничего в ответ, давать только от полноты сердца и от полноты любви.

Характерная черта всех святых и всех подлинных христиан в том, что они способны оторвать свое внимание от себя самих, сказать себе самим: Отойди с моего пути, ты мне закрываешь мiръ Божий, ты мне закрываешь Бога Самого и ближнего моего... Мы должны научиться не только минутами забывать себя, но быть такими людьми, которые всецело отвращены от себя и обращены к Богу, к мiру, к людям и которые способны давать так, как дает Бог : давать только потому, что в сердце нашем властвует и ликует любовь, давать, не вспоминая о себе ни в минуту, когда даешь, ни потом, когда совершил добро в ожидании ответной улыбки или ответного дара... Если мы не научились хоть в какой-то мере так относиться к жизни, к Богу, к людям, то мы не начали еще быть настоящими христианами.

И действительно: кто из нас может похвастаться, что он обращается к Богу только с любовью, а не лишь тогда, когда ему что-либо нужно или когда Его надо умолить после того, как стало стыдно своей жизни ? Кто из нас может сказать, что он постоянно, каждому, открытым сердцем, радуясь, дает, в надежде, что тот, кто получает, не будет нашим даром унижен, не будет нашим даром ранен, не почувствует, что он – бедняк, который, рано или поздно, должен отдать то, что ему дали.

Надо научиться давать так, чтобы тот, кто получает, ликовал, что через полученный дар – доброе ли слово, материальную ли помощь – открылась новая глубина отношений и новая глубина любви между людьми...

Давайте задумаемся над тем, что мы и не начали ещё становиться истинными христианами... Может быть, кто-нибудь из нас и опомнится ? Вспомним : Бог дает даром. Он дает, не ожидая ничего Себе в ответ. Но неужели в нас не найдется благодарности, чтобы Ему ответить той же любовью, которую Он распространяет на всех, кого любит ?

Если будем исполнять то, что нам дает св. Церковь словами Евангелия, то для нас раскроется тот свет Божественный Христа, который даст нам силы для несения тяжелой жизни земной для того, чтобы упокоиться в вечном бытии со Христом. Аминь

La pêche miraculeuse /Luc 5, 1-11/

 

Il y a deux dimanches, la sainte Église nous proposait la parabole des talents. Le talent, c’est la force qui nous est donnée par le Seigneur pour que nous puissions accomplir le commandement d’amour envers Dieu et envers notre prochain. Dimanche dernier nous avons pu voir l’adaptation de ce talent à la vie. Une mère avait une fille possédée par le démon. Elle se jette aux pieds du Christ et supplie : « Viens à mon aide !» ! Mais le Christ se tait. Alors les apôtres se mettent à interpeller le Seigneur sur cette cananéenne, et le Christ leur répond : « Je n’ai été envoyé que pour les brebis perdues d’Israël /.../ Il n’est pas bien de prendre le pain des enfants et de le jeter aux chiens ». La cananéenne s’exclame alors : « Mais les chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leur maître ». Devant pareille humilité, le Seigneur prend pitié d’elle : « O femme, grande est ta foi, qu’il te soit fait selon ton désir ».

Et l’évangile d’aujourd’hui, sur la pêche miraculeuse, nous montre comment ce même talent, appliqué à la vie et se manifestant dans une obéissance inconditionnelle et une confiance absolue à la Parole du Christ, est porteur du fruit de la foi.

Le Seigneur enseigne sur le lac de Génésareth. Il y avait là deux barques et le Christ monte dans l’une d’elles. Il s’adresse à Pierre et dit : « Avance en pleine mer et jette tes filets ». Pierre répond : « Maître, toute la nuit nous avons travaillé sans rien prendre ». Il faut savoir que les apôtres étaient des pêcheurs expérimentés et connaissaient parfaitement les lois de la mer : si de nuit on n’a rien attrapé, il est totalement inutile d’essayer de jour, ce qu’il dit au Christ, tout en ajoutant : « Mais sur Ta parole, je jetterai le filet ». Il le jeta et le miracle se réalisa. Les barques étaient tellement chargées de poissons qu’elles commençaient à couler. Alors Pierre tomba aux pieds du Sauveur et dit : « Éloigne-Toi de moi, Seigneur, parce que je suis un homme pécheur ».

Examinons le processus de la foi. L’apôtre savait qu’il n’était pas possible d’attraper des poissons. Toutefois, il fait sienne la Parole du Christ et cette volonté, qui est celle du Christ, il l’accomplit. Et qu’advient-il ? Un miracle ? Certes, un miracle, mais le plus grand miracle n’est pas dans l’abondance de poissons capturés, mais dans le retournement de l’âme qui s’est opéré en Pierre. Il s’est vu lui-même. Il a vu sa propre nature. « Éloigne-Toi de moi, Seigneur, parce que je suis un homme pécheur ». Voilà quel est le processus du cheminement de la foi : recevoir en son cœur la Parole du Christ, la réaliser, et alors s’ouvre ce qui est l’essentiel à notre salut, à notre vie intérieure.

Des gens disent parfois : je n’ai pas la foi. Mais que signifient ces paroles ? Elles disent simplement que tu n’accomplis pas l’enseignement du Christ. En effet, si tu avais seulement essayé de suivre la Parole du Christ, d’accomplir ne serait-ce qu’un seul de Ses enseignements, alors la réalité de ta vie apparaîtrait à tes yeux. Mais tu refuses de le faire, te contentant de dire : je n’ai pas la foi. Et donc, comment faire ? Tout simplement comme l’apôtre Pierre. En dépit de toute son expérience de pêcheur, il obéit au Christ et jette son filet. Il obéit à la Parole du Christ. Mais où pouvons-nous trouver cette Parole ? Tout simplement dans le livre des Saints Évangiles. Si nous lisions l’Évangile et l’appliquions dans notre vie, alors s’ouvrirait notre vie en Christ. Sa résurrection nous apparaîtrait alors plus réelle que le monde physique même qui nous entoure. Et Il remplirait notre cœur de la joie indicible d’une vie éternelle qui ne connaîtrait pas de fin ...

Prenez seulement l’Évangile entre vos mains et essayez de l’appliquer à votre vie. Prenez tout ce que nous donne la Sainte Église. Alors vous connaîtrez également un miracle, un miracle bien plus grand que cette pêche miraculeuse. S’ouvrira alors pour vous le Christ Lui-même, comme Il s’est ouvert à Pierre. Et vous direz alors en votre cœur : je suis pécheur, Seigneur … Et comme je suis pécheur, je suis malade, il me faut donc un médecin. Mais où le trouver ? Le Seul médecin qui soigne le cœur est le Christ !

Seigneur, Tu vois nos infirmités et les plaies en nos cœurs causées par les péchés qui ne nous permettent pas d’accomplir Ton enseignement, Ta Parole. Guéris-nous et aide-nous à commencer une Nouvelle Vie. Amen !

 

Archevêque ANDRÉ /Rymarenko/

 

 

О чудесном улове рыбы /Лука 5, 1-11/

 

Позапрошлое воскресенье Святая Церковь предлагала нашему вниманию притчу «О талантах.» Талант - это та сила, которая дается нам Господом для исполнения Его заповедей о любви к Богу и ближнему. Прошлое же воскресенье показало нам применение этого таланта к жизни. – У одной матери бесновалась дочь. Мать бросилась ко Христу: «Помоги!» А Христос молчал. Тогда апостолы стали говорить Христу, указывая на нее, на эту Хананеянку. Христос же им ответил: «Ведь я пришел к детям, погибшего дома Израелева. Нехорошо взять хлеб у детей и бросить его псам.» Тогда Хананеянка закричала: «Но и псы едят крохи, которые падают со стола господ своих.» Тут в ее сознании получилось полное смирение, и в ответ на это глубочайшее смирение Господь сжалился над нею : «О, жено, велика вера твоя! Да будет тебе по желанию твоему.»

А вот сегодняшнее Евангелие о чудесном улове рыбы показывает нам, как тот же талант, по выражению Евангельскому, «употребленный в дело,» то есть, примененный к жизни, проявляется в безусловном послушании и доверии к Слову Господа и дает плод веры. Что же такое вера? В чем заключается её процесс ? Ответ на это и дает нам сегодняшнее Евангелие.

Христос проповедует на озере Генисаретском. Две лодки стояли у берега. Христос проповедовал на одной из них. Тут Он обращается к Апостолу Петру и говорит: «Отплыви на глубину и закинь сети». Петр отвечает: «Учитель, мы целую ночь трудились и ничего не поймали». А ведь апостолы были опытные рыболовы, знали законы моря: – уж если в ночь рыба не поймалась, то днем ни за что улова не будет. И Петр говорит это Христу. Но, добавляет: «По Слову Твоему закинем сети». И закинули. И чудо совершилось. Лодки настолько были переполнены рыбой, что начинали тонуть. Тогда Апостол Петр падает к ногам Спасителя и говорит: «Отойди от меня, Господи, яко грешен есмь».

Вот процесс веры. Апостол знал, что рыба не могла пойматься. Но он принимает Слово Христа в себя, в свою волю, и эту волю, уже Христову, исполняет. И получается… что? Чудо? Да, чудо. Но не в обилии улова главное чудо, хотя и улов это – чудо. А главное чудо – в том перевороте души, которое совершилось у Петра. Он увидел себя, он увидел свою сущность. «Отойди от меня, Господи, я – грешник» ! Вот в чем процесс веры: принять в свое сердце Слово Христа, исполнить его… и тогда откроется то, что самое важное для нашего спасения, для нашей внутренней жизни.

Люди говорят: я не верю. Что значат эти слова? Они означают, что ты не исполняешь учение Христово. Потому что, если бы ты только попробовал исполнить Слово Христа, хоть одну заповедь Христову, то и для тебя открылась бы сущность жизни твоей. Но ты не хочешь этого сделать и потому говоришь: «веры нет у меня.» А как же попробовать? А вот так как Апостол Петр. Наперекор всему своему опыту рыбака, он послушался Христа и закинул сети. Послушался Слова Христа. А где же для нас это Слово? Да в Евангелии, - вот где. Если мы будем знать Евангелие и применять его к жизни, тогда раскроется нам наша жизнь во Христе. И воскресение Его для нас станет более реальным, чем окружающий нас физический мiръ. И неизглаголанной радостью вечного бытия наполнит Он сердце наше, и ей не будет конца…

Возьмите только Евангелие в руки, попробуйте только применять его к вашей жизни… возьмите все, что дает нам Святая Церковь. Тогда и для вас совершится чудо, большее чудо, чем чудесный улов. Для вас раскроется Сам Христос, как Он раскрылся Петру. Тогда и вы скажете глубоко в своем сердце: «Грешен, Господи» ! А раз грешен, значит, болен, и нужен врач. А если врач, - то кто же «врач сердца»? Один Христосъ !

Господи, Ты видишь немощи и греховные язвы нашего сердца, мешающие нам исполнить Твое учение, Твое Слово. Исцели нас и помоги нам начать Новую Жизнь. Аминь !

Архiепископъ АНДРЕЙ /Рымаренко/